Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

Sale temps pour les naturistes en Mayenne

Sale temps pour les naturistes en Mayenne

Le camping naturiste "Mayenne Nature" à Soulgé-sur-Ouette peut compter sur ses habitués. © Radio France - Charlotte Coutard

Il pleut, il fait froid, pas vraiment un temps à enlever ses vêtements. Le camping "Mayenne Nature" à Soulgé-sur-Ouette ne fait pas le plein en ce mois d'août.

Ce n'est pas vraiment un temps à se mettre tout nu. Le mauvais temps des derniers jours ne fait pas les affaires des professionnels du tourisme, et notamment du camping naturiste "Mayenne Nature" à Soulgé-sur-Ouette. Heureusement le mois de juin, avec la canicule, avait été très bon, ce qui compense les pertes du mois d’août.

 

Un mois d’août morose

Dans le camping, un seul emplacement de passage est occupé, sur les douze. En revanche une dizaine d'habitués adhérents de l'association Mayenne Nature sont présents dans les bungalows, il y a en quatorze. "Le naturisme c'est naturellement comme son nom l'indique être nu, et c'est plus agréable quand il y a le soleil. Nous sommes équipés d'une piscine, et c'est plus agréable quand le soleil est présent", reconnait Joël Ridel, le président de l'association "Mayenne Nature".

"Quand le temps est médiocre, le passage est moindre".

Un mois d’août décevant donc, mais heureusement le camping a fait le plein au mois de juin. "En raison de la canicule, le mois de juin a été bon, on a eu du passage, avec des séjours assez longs. Là le temps est assez médiocre, et je n'ai qu'une personne en passage c'est tout. Par contre en période de canicule, la carrière que vous avez derrière vous, c'était plein".

"C'est en dents de scie, c'est flagrant, quand le temps est médiocre, le passage est moindre. Par contre on a pas mal d'adhérents. À partir du moment où nous sommes adhérents, le terrain est ouvert l'année entière. On aime se retrouver hiver comme été".

"Quand vous y goûtez une fois, vous ne pouvez plus vous arrêter".

Et qu'importe le temps, les fidèles sont toujours là, comme Gérard de Biscarrose, et Yollande et André de Laval : "Tout le monde se connait, tout le monde s'aide", "à la maison on est obligé de travailler, là au moins on se repose. Le cadre est très joli. Et quand vous y goûtez une fois vous ne pouvez plus vous arrêter", expliquent André et Yollande. "Moi je n'irai plus dans un camping textile, je préfère le naturisme", conclut Gérard.

 

Soulgé-sur-Ouette, France

 
 
 
 

La nudité a besoin de la chaleur pour bien vivre, bien s'épanouir. L'ensoleillement varie d'une année sur l'autre, c'est un phénomène naturel qui fait vivre les agriculteurs dans l'angoisse de pluie diluvienne ou de gel tardif. Une année est bonne, la suivante moins, c'est la vie, tout simplement.

Le plaisir de la vie nue doit être vécu toute l'année et pas seulement 3 ou 4 semaines par an en vacances.