Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Discussions générales
 

Racontons notre première fois....nu ?

Voilà qui me plonge dans mes souvenirs d'adolescent et mon premier amour.

Ma petite amie de l'époque , Muriel, pratiquait le naturisme avec sa maman et son frère.Ce que j'ignorais.

Sa mère me proposa un jour un week end en Gironde, week end qui fut accepté me concernant, trop content de se rendre au bord de mer!

Nous sommes arrivé de nuit au camping et je suis donc allé me coucher immédiatement.

Quelle surprise au petit déjeuner, de retrouver tout ce petit monde nu comme des vers devant moiEmbarassed.

Christie, la mère de ma chérie de l'époque, me fit cette remarque: on dirait que Pascal ne sait pas où poser les yeuxInnocent

L'après midi, direction les dunes où je me mis nu (il y a moins de monde dans les dunes et je me sentais à l'abri des regards).{#emotions_dlg.9995}

Bercé par le soleil, je me suis abandonné sur le dos au plaisir de sentir le soleil frappé sur cette partie de mon corps pour la première fois.

Quand soudain, une voix me fit sursauter et bondir sur le ventre: Christie!

Depuis, j'en ai parcouru du chemin et adore porté le Zerokini!Cool

J'ai accepté mon corps, le regard des autres, etc....

Et devinez quel était ce superbe camping?.....................Le CHM Montalivet! Autant avoir commencé par le meilleur!Wink

 

Qu'est devenue Muriel ?Wink

 Elle m' a quitté (mon premier très gros chagrin d'amour) avec celui qui est devenu le père de son enfant.Un militaire.

Elle doit vivre en Gironde maintenant.

Lorsqu'elle m'a quitté, je lui ai écrit la chanson de Michel Jonasz (que j'écoutais en boucle):

"dites moi, dites moi , mais ,

Qu'elle est partie pour un autre que moi 

mais pas à cause de moi".....

Je suis un sensible moiInnocent  {#emotions_dlg.boulet-day}

 

Il faut vraiment que j’arrête de me mettre à nu sur ce site{#emotions_dlg.mdr}

Mon premier zérokini, ça s'est passé dans les Landes, au siècle dernier (1999, lol ), j'avais 44 ans.

J'étais invité par un ami, restaurateur d'un centre de vacances avec un drôle de nom : Arnaoutchot.

Je suis arrivé le 11 août dans la matinée au centre, mon ami, m'attendait, quelle ne fut pas ma surprise en le voyant nu ! Il avait "omis" de me dire que c'était un centre naturiste, de peur m'a-t-il avoué que je décline son offre.

Bon, j'y suis, alors, prenant mon courage à deux mains, je suis entré, j'ai déposé mes bagages dans sa caravane et suis parti à la douche. Le centre était désert , pas un chat ! bizarre !

Je suis sorti de la douche, emmitouflé dans ma serviette, "tout le monde est à la plage!" m'a-t-il dit.

C'était le jour de l’éclipse solaire, sur la plage tout le monde avait le nez en l'air et de gros verre fumés sur les yeux, pour ceux qui n'avaient pas de lunettes spécialement fabriquées pour l'occasion ; personne n'a fait attention à moi, caché derrière ma serviette, et, quand le soleil s'est caché, un peu gêné, j'ai enlevé le dernier obstacle à la nudité profitant de l'obscurité ambiante.

Quand le soleil est revenu, j'étais nu parmi les nus, et mon teint légèrement pourpre du début s'était estompé.

j'ai remercié Hélios et RA de m'avoir aidé pour cela!

Et c'est là que j'ai attrapé le virus ! Pendant les 10 jours passés dans le centre ,je ne me suis habillé que rarement, la nuit, pour aller à la disco (ben oui, il fallait être habillé pour y rentrer ! un comble dans un centre naturiste !) Depuis, je suis continuellement à la recherche d’opportunités me permettant d'être nu, et je ne manque pas une occasion pour tomber les fringues, même au boulot !

 

Portez-vous bien nus !

http://www.robertditsch.com

 

Mieux vaut tard que jamais !{#emotions_dlg.yeehaa}

   Danemark, côte de la mer du Nord, début des années 70 . J'arrive sur une plage pour m'y baigner en maillot, bien sûr, et à ma grande stupéfaction, il y avait là une vingtaine de personnes dans l'eau ou sur le sable, toutes nues: alors, j'avais deux solutions: fuir autre part ou faire comme eux! j'ai fait ni une ni deux, j'ai enlevé ce maillot devenu ridicule et je me suis baigné. . J'ai renouvelé mon expérience danoise plusieurs fois dans ce même pays avec autant de bonheur, mais il est vrai que les scandinaves n'ont pas cette pudeur excessive avec leur corps.Pourtant, il m'a fallu une douzaine d'années après, pour venir vraiment au naturisme qui dormait au fond de moi. 

Ma 1ere expérience seul (sans mes parents nats eux aussi)

Je vivais a l'époque en montagne bourbonnaise , nos plus proches voisins et amis étaient bretons. L'été nous allions tous dans la région de Lorient leur port d'o.

rigine.. Les grands allaient faire le marché et moi je préférais aller à la plage . Ni une ni deux , le grand fils de la maison de 8 ans mon ainé a proposé de m'y emmmener. Nous étions a la petite maison "dites de la plage " à Larmor . Direction les kaolins ou des le parking le ton était donné car nombre de gens nus sortaient qui leur planche a voile qui le bordel pour une journée de plage confortable.

on a joué au ballon et on s'est baigné nu toute la matinée et meme + car je me suis pris une ronflée qd a 14h , nous allames manger avec si peu de retard.

J'avais six ans et la plage était celle des kaolins. Ce jour mes parents et leurs amis ont discuté de naturisme pour la première fois à table, tout ça pour découvrir que mes parents l'étaient ( moi je le savais déjà) et que leurs amis aussi.

Pour ma part, je suis tombée dedans toute petite quand on partait avec mes parents et des amis à eux en vacance. on partait à l'époque en caravane à la plage de Piemanson et il y avait toujours une super ambiance, supers souvenirs.

Ensuite, adolescente, plus de nat, et puis un jour il y a une quinzaine d'années, en vacance dans le sud avec mon mari, il me dit: si on allait passer une journée au Levant, pourquoi pas, et une fois arrivé sur le port, j'ai tout tombé , quel bohneur de retrouvé cette sensation d'être libre ...,  par contre pour lui, c'était pas ça, il voulait prendre le 1er bateau pour repartir, je suis arrivé quand même à le faire rester, il avait du mal mais au cours de la journée, il a commencé à se sentir bien, du coup on est resté plusieurs jours, on a dormi au Couvent (qui n'existe plus) et depuis on y revient souvent , je ne peux vivre autrement aujourd'hui, Voilà ...

j'avais 16 ans (punaise que c'est loin - 1990).

J'adorai partir marcher dans la nature, seul endroit où je me sente bien, loin de tout, pour penser, oublier, réfléchir, méditer... Depuis gamin je me suis toujours senti en osmose avec la nature... Je suis le seul naturiste de la famille (sujet bien tabou et à éviter dans la famille, ils sont contre ce genre de pratique)...

Un beau jour d'été me voilà sur la route pour aller au bord de la rivière, je m'étais préparé un sandwich, 2 bouteilles d'eau, et un livre. et me voilà parti pour une route de 10 km environ... Arrivé sur place, je devais traverser la rivière pour aller sur un petit ilôt isolé, bien tranquille, aucun regard à l'horizon... manque de bol, lors de la traversée, une pierre s'est dérobée sous mes pieds et plouf, me suis retrouvé de tout mon long dans l'eau... Une fois sur la berge, j'enlève mes vêtements, ouvre mon sac à dos pour y attraper mon maillot, mais manque de bol, je l'avais oublié... du coup, suis resté nu... et depuis, c'est resté... quand à être nu chez moi tout le temps, ça à en 1996, lorsque j'ai eu mon 1er appart (j'avais 22 ans).... 

Bonjour ; j'étais un jeune homme timide et complexé; pour vous éclairer, mes cousins m'appelaient "sac d'os" et ma Marraine "sac d'arêtes"... Tout pour me mettre à l'aise. Bien qu'habitant le Sud, je n'allais jamais en bord de mer. Je rentre à Air France, en 1972 et fais une rotation de 4 jours en Guadeloupe. Nous avons décidés de louer une voiture et de visiter l'île. En fin de soirée, nous nous arrêtons sur une magnifique plage déserte; les 3 autres garçons se mettent nus, et je me suis dit "tu ne vas pas jouer au Père la Vertu..". Aucun ne m'a dit "tu es trop ci" ou "pas assez ça".. J'ai découvert et adopté la simplicité de la nudité ce jour là. J'ai également réalisé que ce corps que je cachais pouvait exister, qu'il avait besoin de s'exprimer , qu'il n'avait pas que les faiblesses qu'on voyait en lui. Je dois beaucoup au naturisme dans la construction de l'homme que je suis devenu aujourd'hui.

Pour cela a commencé tout petit, 7 ou 8 ans, j'étais un enfant solitaire malgré un frère et une soeur, je partais seul dans la forêt  dans les landes de gascogne à Durance près de casteljaloux puis après dans la garrigue à st Bauzille de montmel au dessus de Montpellier et dès que je m'étais éloigné de la maison hors de vu de mes parents je me mettais nu et cachais mes vêtement puis je partais me promener et jouer seul nu escaladant les rocher ou les arbres rentrant dans les hautes fougères ou les champs de maïs, insouciant et heureux de n'avoir aucune contrainte.Laughing et maintenant retraité dans le var ou je peux profiter pleinement Laughing.

Pour moi...ce fut avec mon chéri très convaincant, mais pas vraiment une réussite pour une première fois pour tout un tas de raison  (plus de détails si motivés..lol){#emotions_dlg.mdr}

Côtes-d'armor
il y'a deux ans
vacances familiales
un besoin de solitude et de me retrouver seul avec moi-même
balade à vélo sur la côte avec en tête une pause baignade
une (belle) plage nat au bout du parcours
une envie, un besoin, qui me trottait en tête depuis longtemps
Il n'en fallait pas plus pour se lancer
un bien être immédiat
très belle expérience sur plusieurs points

LaughingLaughingLaughing

1980.. decouverte de la Corse avec sac a dos !! decouverte des petites criques et de ce plaisir de se baigner nu

Pour ma part, en 2005 à Lyon, en stage au mois de juin, trop loin pour rentrer tous les we je suis allé me balader à Miribel.

L'appel de l'eau, maillot pas prévu, et le seul endroit calme était sur la plage nat, ni une ni deux j'ai tout fait tomber et je me suis baigné, et j'ai adoré.  

Voilà un sujet bien intéressant qui peut contribuer à aider certains à franchir le pas.

Et vous ? Racontez nous votre première fois..{#emotions_dlg.mici}

je me souviens pas de ma première fois j'ai été élevé dans une famille anti nat mais a l’époque de mes 20 ans j'ai eu ma voiture et bravait tout les interdit et très solitaire et j'habitais pas loin de miribel (69) j'avais entendu que de se baigner nu était grandiose donc j'ai essayer et depuis j'ai du jeter ce bout de tissu que je supporte plus et maintenant plus je vis nu plus je suis heureux ah bas beurk le textile je n'arrive plus a me baigner avec un tissu qui me serre la peau la sensation de l'eau tout le long du corps et vraiment un sensation exceptionnel et tellement agréable 

scoubi nat vous salue

Bonjour eh moi c'était en famille à la plage nat d'Hossegor avec mes enfants de 2  et 4 ans  .Ma femme à l'époque gardait le haut ..

C'était pratique elle était en bord de route et bien annoncée : un grand  panneau l'indiquait  mais c'était  en 1984 .  je n'y suis jamais retourné.

Bonne question, et en y pensant que de chemin parcouru !

Première fois, la quarantaine, dans les calanques de Marseille, tentative solitaire puisque mon épouse (divorcé depuis) n'admettait pas ce genre de pratique qu'elle considérait comme "vicieuse" ! Je reconnais que c'est avec un esprit de culpabilité que je me cachais littéralement entre deux bosquets, attirant peut être encore plus les regards que si je m'étais mis en plein milieu ! Puis petit à petit , je me suis dirigé vers les rochers, et me suis aperçu que personne ne s'intéressait à moi ....et finalement me suis senti assez vite à l'aise ! J'en ai conclu que le naturisme et moi on allait s'entendre et ça été le cas ....aujourd'hui et depuis un an , je vis à l'année dans un village naturiste du Languedoc Roussillon !

Claude  www.decouvretoi.com

Bonjour

La première fois pour moi c'était sur invitation à un apéronu et soirée repas entres amis donc pas trop nombreux nous étions 4 mais ca été impeccable cette petite soirée sympa. Ensuite un week end aussi entres amis et nous sommes allés sur une plage de la manche au mois d'Avril à pâques et cette année là il faisait bon et chaud nous en avons bien profités aussi c'était super cette première fois nu en extérieur.... Voilà un peu cette première fois bon week end à tous et a bientôt

La première fois ?  J'étais dans ma jeunesse, devant effectuer une étude sur la firme française qui vendait un produit anglais. Comme c'était près de Londres, j'avais entendu parler d' un centre naturiste proche  situé à St Albans. Je n'ai pas manqué de m'y rendre. a l' entrée je fus considéré comme un visiteur.  Bel endroit de verdure  avec un accueil très british, Ce centre naturiste se nommait curieusement par un mot allemand "Spielplatz", il existe toujours, j'ai vu des photos actuelles, il s'est modernisé et les arbres se sont bien développés.  Aussi cela m'a convaincu et de retour en France j' ai continué à fréquenter des centres naturistes.

Bonjour à tous :)

Ma première fois a eu lieu sur la plage de Luzéronde à Noirmoutier, entre l'Epine et l'herbaudière, si je ne dit pas de bêtises :).

Ce jour là, j'étais venu seul faire du VTT dans les marais salants, derrière la plage. Matinée vélo le matin, puis plage l'après midi. Je ne suis pas venu par hasard dans ce coin de l'île, car je connaissais l’existence de cette plage nat, et depuis un moment je voulais tenter l'expérience de me baigner nu et de partager le bonheur d'être nu et libre avec d'autres personnes.

Mes débuts n'ont pas été simple loin de là ;), je suis quelqu'un de réservé et comme tous le monde j'ai des complexes. L'idée de me retrouver nu entre tous me stressait, j'avais peur du regard des autres, surtout des femmes. Il m'a fallu 1 heure avant de pouvoir me mettre nu ! tellement peur que l'on me regarde, qu'on me juge .......... LA solution a été de filer me baigner, de me détendre (j'en avais besoin ;). C'est à ce moment là que j'ai eu le courage de retirer mon maillot ....... ouah ! quelle sensation !! Un mélange de liberté et d'harmonie avec la nature, l'océan. Il faut essayer pour le comprendre.

Après en avoir profité pendant un long moment, je suis sorti de l'eau en tenue d'Adam en scrutant les regards des gens qui entouraient mon emplacement : et là j'ai pu me rendre compte avec bonheur que chacun vivait sa petite vie, certains et certaines m'ont regardé sans qu'il y est le moindre sentiment de gêne ou de surprise dans leur yeux. Je peux vous assurer qu'à cet instant la pression est tombée :)

Voilà, c'était ma première fois et c'était génial ! je conseil vivement cette plage pour celles et ceux qui veulent essayer. Il n'y a pas de voyeur, c'est une plage familiale. C'est une magnifique plage précédée d'un grand espace pour laisser la voiture. En, fait il faut arriver par l'Epine et laisser la voiture sur la jetée. La plage nat se situe à 100 ou 200 mètres après la rampe de mise à l'eau, elle débute au niveau des pieux en bois. De toute manière si vous voyez des tous nu c'est que vous y êtes :)

Bon courage pour les nouveaux,

Fred.

Bonjour à tous.

Je vais vous racontez ma première fois nu, c'était il y a bien longtemps, en été 1974.

J'étais alors âgé de 15 ans et j'étais encore au lycée à Bordeaux. Je venais de perdre ma mère trois mois auparavant des suites d'une longue maladie.

Mon père un peu paumé suite à ce décès et devant gérer trois garçons de 17, 15 et 11 ans décida de m'emmener moi et deux copains à Lacanau Océan au camping des grands pins pour une quinzaine de jours. Mon grand frère de 17 ans venant juste de s'engager dans l'armée, il ne lui restait plus qu'a s'occuper du petit frère de 11 ans.

Nos premières vacances tout seul avec les copains....le top !!!!

Premier jour à la plage et première soirée au camping où nous faisons la connaissance d'Ingrid (une allemande) et de ses amies.

La soirée se passe entre slow et première embrassade. Nous étions trois et elles étaient trois et toutes aussi jolies les unes que les autres.

Rendez vous donné pour le lendemain à la plage, elles nous précisent qu'elles sont avec leurs parents mais qu'elles ne restent pas sur la plage centrale mais beaucoup plus loin sur la droite.

Le lendemain, marche sur la plage vers la droite et nous arrivons dans la zone naturiste et l'air un peu niais, nous continuons en gloussant comme des ados attardés que nous sommes....

Et surprise, à une centaines de mètres de nous, Ingrid et ses amies nues comme des vers qui nous font des signes pour les rejoindre....

Là, petit moment de panique et questionnement..... que fait on ? On y va ? On fait demi tour ? On est obligé de se mettre nus ? ¨Pas le temps de répondre qu'elles sont déjà là et nous dirige vers leurs emplacements.

Devant nos airs sûrement un peu paniqués, la maman d'Ingrid (qui parlait très bien le français) nous dit que si l'on veut on peut garder nos maillots de bains mais de lui promettre de les enlever juste pour aller nous baigner.

Ce que nous avons fait, malgré des érections plutôt incontrôlées (à 15 ans, c'est fréquent) où nous étions obligés de rester dans l'eau plus longtemps que prévu.

Et au bout de deux jours, on ne remettait plus du tout les maillots de bains.

Et je me souviens donc de vacances extraordinaires qui ont duré 15 jours avec des filles formidables et leurs parents tout aussi sympas et qui m'ont permis d'oublier un peu la peine que j'avais à ce moment là.

Je revois de temps en temps Ingrid qui est toujours naturiste et qui m'a fait découvrir cette façon de vivre.

J'ai été un peu long, mais c'est un très beau souvenir qui restera gravé au fond de ma mémoire et je tenais à le partager.

Une expérience déterminante pour ma part mais qui s'est faite en trois phases. La première, pas la meilleure, c'est un de mes instituteurs qui faisait patronage et il emmenait certains de ses élèves à la plage "sauvage" comme il disait. Donc là sans trop comprendre, j'ai accepté de me mettre nu comme d'autres camarades qu'il aimait bien et à qui il disait que sur cette plage "c'est comme ça". Se retrouver nu avec et homme nu et d'autres garçons a marqué chez moi un sentiment de honte, mais vu la respectabilité de l'instituteur en période pompidolienne, rien à dire aux parents. Fin de l'épisode que Jean-Yves Cendrey a si bien raconté dans son livre "Les jouets vivants".

Le vrai début de plage, ce fut avec des copains de collège en bande (été post-BEPC). Nous habitions près de la plage, 68 était passé par là... Et la chance de vivre dans une période d'émancipation, de liberté quasi totale et surtout dans l'insouciance des maladies qui marqueraient les années quatre-vingt. Donc nous partions en vélo ou en mob, harnachés de sacs à dos, de guitares et autres djembés, guimbardes... Feux de camp pic-nic et parfois nuits à la belle, c'est dans cette atmosphère baignée de musiques Pink-Floyd, de Moody blues ou de Beatles que nous écoutions sur des mini-cassette de piètre qualité. Mais que de bon souvenirs ! Pour ma part je ne peux pas dire que j'étais gêné de me retrouver nu comme ça en groupe, j'étais déjà à l'aise. La seule difficulté, je dirai, était que certain(e)s de nos ami(e)s n'acceptaient pas d'emblée de se mettre à poil et le mélange habillés-nus posait la question de l'amitié. Ils et elles voulaient venir avec nous parce qu'ils se sentaient nos amis, mais par pudeur (légitime à cet âge) ou par crainte que leurs parents apprennent... Il y avait un grand écart de pensée à cette période entre des adultes très cools qui laissaient leurs enfants mener leur vie, comme ce fût la cas pour moi, et d'autres encore très empreints de morale et de marques religieuses. Mes parents ne disaient rien par rapport au fait qu'ils savaient ou nous nous retrouvions, "mais tant qu'ils ne font pas de conneries !". Au contraire ils trouvaient notre petit équipage bien sympa. C'était une belle époque à laquelle mon frère ainé et ma soeur ont également participé.

Enfin la troisième phase de naturisme, ce fut l'entrée en centre naturiste. C'est important d'en parler en tant que première expérience car avec le temps j'ai compris ce qui faisait la différence entre concept de nudité, celle que nous avions connue entres potes à la plage dans les années lycée , et celle de naturisme qui engageait les personnes dans une vison plus globalisante de la santé : pas de tabac, pas d'alcool, peu ou pas de viande... Vison hédoniste un peu étriquée ou de "caste" ; il fallait montrer blanc seing pour y entrer.

Et ce fût à Castillon que Céline (ma jeune épouse rencontrée dans l'équipe du dessus) et moi avons été accueillis. Pascal et Malou nous avaient réservé un bon accueil et nous avons séjourné plusieurs années dans ce centre pendant une partie de nos vacances. C'est un peu là que nous avons fait nos premiers pas dans le naturisme pur, noué connaissance avec d'autres familles et appris quelques mots usuels de hollandais. Nos enfants ont été élevés dans ce cadre et comme beaucoup de ceux que nous avons rencontrés là, mais aussi à la Haute-Garduère chez Annie, ou avec Michel Colombéro au Levant ou encore à Villata en  Corse, nous avons vu grandir beaucoup de ce petit monde venu d'année en année ; et force est de constater que la plupart sont devenus de beaux adultes, à l'aise dans leur tête et dans leur corps.

Que reste-il des années lycée me direz vous ? Et bien de tout. Je revois encore certains de mes potes de cette époque, certains sont restés natus et on se croise avec plaisir à la plage ou ailleurs, d'autres se sont mariés et on adopté la convention de leur cher(e) conjoint(e), du style : "Nat si tu veux mais vas-y seul !". Enfin d'autres ont choisi de devenir la ligue de moralité en interdisant bien à leurs enfants de faire cette expérience... et en déniant même celle qu'ils avaient faite avec nous et auquel je témoigne de leur plaisir à cette époque !

Voilà un peu comment ça s'est passé pour moi, et que je résumerai entre expérience communautaire et choix de vie. Je continue de vivre nu à la maison, à la plage et ailleurs quand c'est possible. Mes enfants dont je craignais qu'ils arrêtent à l'adolescence ont bien tenu et ils apprécient toujours surtout en période estivale de venir à la plage ou d'aller et venir librement à la maison. Nous verrons ce que ça donnera pour la génération future des petits enfants !

J'ai déjà tout raconté sur mon site perso dédié au naturisme ici : http://jackychou.free.fr/Jackychou/Ma_1ere_experience_naturiste.htmlEt ça a été édité dans le magazine La vie au soleil N°11 Janvier 2014 dont vous trouverez une copie ici : http://jackychou.free.fr/Jackychou/Presse/Entrees/2014/1/13_La_vie_au_soleil_N11_Janvier_2014.html

Bonne lecture ;-)

Bonjour  à tous

Pour ma  part la  1ere fois c'etait à 13 ans  chez un copain d"école  un mercredi !

On devait faire  un exposé  et  j'avais rendez-vous  chez lui , et là  il m'a  ouvert  nu! tout d'abord géné puis étonné il me disait de me mettre aussi  à l'aise et  je refusais  puis face à son insistance  j'ai cédé!

J'ai honnetement eu  beaucoup beaucoup de mal a être à l'aise.

Aprés c'est devenu  presque une  habitude  tout les mercredi , et 2 ans aprés  je suis parti en vacance avec sa famille et l'accord de mes parents!!

J'ai  continué de plus en plus  jusqu'au 19 ans ou c'est vraiment devenu ma philosophie de  vie

Depuis c'est  nu quasi 24/24 dés que c'est possible même pour travailler

Depuis longtemps je mets en arrière-plan l'envie de découvrir le naturisme dehors en y participant. Nous pratiquons depuis déjà un moment, mon épouse et moi, ce que j'appelle le "nudisme domiciliaire".

Tous nos enfants sont maintenant mariés et ont quittés l'appartement familial.

Arrivé à plus de 60 ans je veux réaliser, mais mon épouse ne le désire pas.

J'ai donc procédé par étapes :

1° abonnement à Naturisme Magazine ;

2° adhésion à la FFN ;

3° adhésion à Association Naturiste Phocéenne (Marseille) qui a choisi de passer le 17 juillet 2011 au bord du lac de St Cassien, dans la Var. C'est trop loin de chez nous. De plus je ne me sens pas encore prêt pour participer à une randonnue, même organisée par un club. Chaque chose en son temps.

J'avais donc décidé d'aller ce jour là sur la plage de Piémanson, plage d'Arles, aux Salins de Giraud. Commencer "seul", à mi juillet présente un inconvénient : être seul au milieu de la foule. Mais cela présente un avantage : être noyé dans la foule des estivants. La météo en a décidée autrement : vent de Nord à 70 km/h avec des rafales à 100. Même les taureaux étaient cachés.

Je m'y suis rendu plus tard, le 30 juillet, alors que beaucoup d'autres erraient désespérément sur les routes ou  autoroutes. Un vent léger soufflait sur Miramas, la météo était favorable (maxi 30 km/h). Ce n'était pas vraiment la même affaire sur la Camargue, le vent se renforçait à mesure de l'avance du véhicule, mais plus question de reculer.

Arrivée sur la plage en fin de matinée, il y avait déjà beaucoup de matériel de camping (de tous âges) installé sur la plage (à poste, pour la plus part) mais peu de personne visible.

Je trouve, enfin, un emplacement, y range ma voiture et en sort en saluant discrètement les quelques voisins (deux couples) qui me répondent poliment en continuant de ramasser leur matériel, car pour eux les vacances sont finis, mais leurs regards ne me quittent pas vraiment. De suite, à la vue de leur tête, me vient à l'esprit la chanson de Pierre Vassiliu :" Qu'est-ce qui fait, qu'est-ce qui veux, qui c'est celui-là, il a une drôle de tête ce mec là, il à une drôle de… " Je ne m'arrête pas à cette chanson, qui me fait sourire, et sort mon matériel de la voiture : sièges, parasol, serviettes, glacière, après m'être mis en tenue locale.

Je quitte l'abri visuel que me faisait mon auto pour me diriger vers la mer et m'arrête après quatre pas pour retourner à la voiture, il me faut déposer mes lunettes avant d'aller au bain. Je remarque les deux dames qui me regardaient curieusement il y a peu ; leur regard est maintenant détendu. Normal ! Je suis vêtu comme tous les autres ; enfin, les si peu qui soient présents.

Le bain est impossible aujourd'hui, l'eau est beaucoup trop froide, pour un autochtone, suite aux coups de vents forts à très forts et aux pluies récentes. De plus, il n'y a personne dans l'eau et très peu de monde sur la grève. J'ai plusieurs fois fait la grève sur le tas mais aujourd'hui je vais faire le tas sur la grève. Seul en plus !

Nous n'avons pas passé la journée complète au bord de la mer. Juste consommé le déjeuner que nous avions apporté. Il nous a fallut rentrer relativement tôt. Le vent fraichissant, comme le disent pudiquement les météos, nous a forcés à nous replier rapidement.

Je parle au pluriel par ce que mon épouse a consenti de m'accompagner, tout en respectant les consignes du chirurgien : pas d'exposition de la cicatrice, ni bain de mer, avant la fin de l'automne car elle a subit, il y a peu, une très grosse opération de l'intestin.

Pendant le retour, elle a engagé la conversation sur le matériel… qu'il nous faudra pour la prochaine fois…

Mes impressions ? La plus importante : tout le monde te voit, personne t'observe.

Navré d'avoir été aussi long, mais je n'ai pas réussi à faire plus court !

1987, mois de mai, la cote sauvage, plage vide nous étions une bande de copains militaires nous avons profiter de la plage baignade en maillot et tee-shirt..et oui pas de naturisme en vue... retour sur cette même plage en été, quel surprise des gens nus partout.. ni une ni deux sauf l'un d'entre nous pour les autres les maillots sont tombés.. j'avoue que c 'était la première fois et tout c'est passé très vite arrivés sur la plage nous avons vus une majeur parties des gens nus, pour certains d'entre nous à première vue la question ne se posait même pas ils ont tous tombés directe... moi un peu complexé à la base sur la taille de mon sexe (je l'avoue sans problème) je me suis dit que faire et puis zut j 'allais pas rester en maillot ça serait trop con et trop visible après tout les autres gens sont nus et ne s'occupe à première vue pas des voisins donc je tombe le slip de bain quel plaisir, un peu plus sur le dos au départ c'était moins gênant.. le plaisir de se baigner nu, bon les rouleaux et le sable sa gratte aussi parfois mais bon on a bien ris et au moins pas de sable dans le slip...à la fin de la journée je n 'avais plus de soucis pile ou face peu importe j’appréciai ce bonheur, cette liberté. Nous avons ris de quelques gars courant calmer leurs ardeurs dans l eau et oui à 20 ans on est un peu moqueurs parfois...

En tout cas un bon souvenir, un regret ne pas avoir continué à pratiquer et avoir attendu si longtemps pour retrouver le plaisir d’être nu

Et j'ajouterai que Mikaelo sera des nôtres au meeting Zerokini d'Avril......

Bonjour

pour moi la première fois s est passée sur une plage bretonne au sud ,plage mixte et familiale je me suis mis nu .ma femme est restée topless elle avait encore des doutes a cette époque sur son naturisme,il est bien évident que nous avions choisi cette plage pour cela mais plus facile a dire qu 'a faire aussi j étais le seul de la famille a avoir adopté la tenue de peau .depuis nous sommes tous les deux naturistes et quel bonheur de ne pas l avoir fait plus tôt .depuis l année dernière vacances d été au chm ,et la quel bonheur ,quelle liberté,un centre rempli de bonnes choses autant pour les grands que pour les petits. cette année nous y repartons la première quinzaine de juillet . Merci de m avoir lu .

Pour moi, Thierry, naturiste depuis tout petit avec mes parents , en vacances sur la plage de l'Espiguette au Grau du Roi, et à domicile.

Puis mariage avec Céline, pas du tout tentée. En vacances en Bretagne choisissons les plages naturistes car moins fréquentées, je me mets nu, elle en topless.

Quelques années plus tard, sur les plages de Vendée, choisissons la plage de La Jenny, toujours pour que je puisse me mettre nu. Surprise. Elle a adopté le string.

A domicile, dans et autour de notre piscine elle se mets plus facilement nue, mais refuse en public.

Suite à un accident, la voila légèrement défigurée, s'ensuit une dépression, (elle était commerciale), licenciement....

Comme une thérapie je lui suggère des vacances en centre Nat, ou personne ne regarderas son handicap.

Elle accepte, première expérience pour elle nue en public. Pas facile au début, mais l'ambiance de La Sablière au mois de mai l'a conquise.

Depuis nous ne partons en vacances que en centre Nat, en aout au Cap d'Agde, si week end prolongé en mai, nous essayons d'autres paysages et centres.

La pratique du naturisme à permis à Céline de sortir de sa dépression et à sauvé  notre couple.

Nous sommes complètement décomplexés vis à vis de notre corps, et vivons beaucoup mieux maintenant.

Témoignage un peu long, je le reconnais.

Je voulais simplement expliquer par ce texte, que la première fois n'est peut être pas naturelle pour certains, mais une fois qu'on à passé la barrière du paraître, on vit bien mieux.

Pour cela la pratique du naturisme en commun est une vraie thérapie contre les complexes, dépression, mal être, acceptation de ses défauts et ceux des autres, etc ...

Bonjour,

Chaque année durant les vacances d'été,mon ex-femme aujourd'hui et mes deux enfants nous allions à la plage l'après-midi et de plus en plus je ressentais une gêne sur mon corps avec ce maillot de bain que je n'arrivais de moins en moins à supporter, puis un jour à Sainte Marie de la mer dans le sud de la France,j'ai décidé de l'enlevé et de rentré nu dans la mer;cette sensation que j'ai ressenti en n'étant dans l'eau,je ne l'oublierai jamais et depuis 20 ans le naturisme fait partie de mes pensées jour après jour,je le fais chez moi... également aux endroits autorisés en France...

Guy{#emotions_dlg.retoune}

 

1974-1975 je suis contre la société, contre toute forme d'autorité, j'ai rendu copie blanche au BEPC et je me retrouve dans une communauté hyppie engagée “maoïste". J'y suis resté un an et demi. J'y ai découvert le naturisme à la rivière qui était une forme de contestation contre le conformisme de cette époque, malgré les avancées d'après 68. Nous avions aussi pour voisins “Les enfants de Dieu" une secte qui prônait l'amour libre et dont des membres venaient souvent nous rendre visite pour de longues soirées autour d'un gros radal (feu de bois) avec guitares, alcool et autres substances prohibées et ce jusque fort tard le lendemain matin... Là aussi la nudité et le mélangisme étaient quasi de rigueur. C'était la belle époque d'avant Sida. Depuis, bien que je me sois rangé dans la société, la naturisme est pour moi une évidence et je pratique dès que je le peux, à la maison, dans ma "campagne" ou en vacances.

J’ai pratiqué des sports collectifs ce qui m’as permis de partager des moments de nudités très tôt.

Attiré par ce bien être de la nudité, des mes 18 ans et mon permis en poche j’ai pu me rendre sur la plage de Pampelonne proche de st  tropez.

La joie et le bien être m’ont envahie du moment où j’ai quitté mes habits.

par habitude aucune gêne d’être vue, regardé.

Puis j’ai gouté à des vacances naturistes au camping de Montalivet. Un pur bonheur

My first real naturist experience was at the Solair Family Nudist Resort in Connecticut in Summer 2012.

Nudity is required on the beach and pool area. I actually felt okay with dozens, or maybe hundreds of people seeing me nude. I also wasn’t so aroused or discussed by seeing dozens, or maybe even hundreds of other people nude, as I thought I may be.

As this is a family resort, I saw people off all ages. I met some young people my age, older folks, and there were kids playing in the pool… all men and women… whites, blacks, and Hispanics. Both the pool and hot tub were nice. I heard the pond was cold so I didn’t even touch it! We also saw some baby turtles walking towards the water.

After my first naturist experience I knew that I was a naturist for life! :)

FamilyInPool.jpg28.6K5 vues
If nudity offends you, you are disrespecting God's greatest creation.

Ma première fois, je m'en souviens comme si c'était hier !

Mon ex-compagne m'a quitté et je n'avais d'autre choix que de repartir sur une autre vie ! Comme ça me trottait de faire du naturisme, j'ai opté pour le Levant. 

J'étais plein de crainte et d'appréhension, qu'allais-je découvrir ? Est-ce que ça serait aussi bien que ça ? 

Faire tomber le short a été difficile, je ne savais pas comment faire, où, quand ? 

Au bout de quelques heures, je suis parti en balade dans la réserve. Un couple me devançait de quelques mètres, nus. Devant ce "spectacle", des naturistes dans une nature merveilleuse et sous un soleil radieux, je me suis dis :"si ce n'est pas maintenant, ce ne sera jamais !". Alors je l'ai retiré ce short, et je ne l'ai plus jamais remis !

J'ai changé beaucoup de choses dans ma vie, j'ai appris le calme, la tolérance, le respect de la nature, de moi, de mon corps. Le naturisme a été un déclic, il m'a permis de retirer une carapace qui m'enfermait depuis trop longtemps. Une renaissance.

Aujourd'hui, je vis nu chez moi, je vais  une piscine naturiste, en vacances naturistes, j'ai refais ma vie avec un naturiste, et mes enfants redécouvrent un père qu'ils ne connaissaient pas ! 

Ceux qui me connaissent ont vu ce changement et j'ai même fait des émules ! 

Cette nouvelle vie, je l'aime !

Mes premières expériences je les ai fait à l'adolescence lors de belles journées ensoleillées j'aimais bien me faire une petite bronzette nu sur le balcon quand la maison était vide ,puis j'ai vraiment découvert que j'avais besoin de ça quand je suis arrivé dans le sud de la France.

En effet j'ai cherché des endroits où je pouvais me faire bronzé nu et petit à petit je n'ai plus mis de maillot pour aller à la plage.

Depuis je suis de plus en plus nu à la maison et j'ai découvert les joies du centre naturiste d'Arnaoutchot l'an dernier où j'ai découvert la vie nue en plein air toute la journée un vrai bonheur que je renouvelle cette année.

Pour moi, la découverte de ce mode de vie c'est fait vers 18 ans, à la plage.

La belle plage de KERLER, avec bien sur une énorme appréhension, non pas vis à vis de ma chérie de l'époque, mais plutôt des autres!!!

Les 5 premières minutes, je suis rester allongé sur la serviette à me demander que pense nos voisins de plage!!!

Et puis passer ses premières minutes, ma copine me dit: allez hop, a l'eau!!!!!

le stress......alors, je me lève et je cours vers l'eau pour m'y réfugier et là, les sensations de nager sans maillot sont top, et au bout de quelque instant, plus d'interrogations, le bonheur, la sensation de liberté. En sortant de l'eau, plus ces craintes.

La fin de journée a la plage ma encore plus convaincu.

Par la suite, nous y sommes retournés et au fur et mesure, impossible d'envisager de remettre un maillot .

Depuis, le naturisme se conjugue au quotidien chez moi et dès que le temps le permet dehors, a la plage et en centre lorsque c'est possible. Je ne pourrais plus revenir au monde "textile" pour mes vacances.

Moi je me suis mis nu en 1971 à Montalivet  33 dans un club naturistes{#emotions_dlg.9995}

Un merveilleux souvenir

pour moi sa ete simple issue d'une famille naturiste, le plus loin que me souvienne c'est vers 5 ou 6 ans des vacance a l'ocean avec des dunes geantes

Pour moi mon premier contact avec la nudité collective a été l'armée au moment des douches. Aller sur une plage ou dans une piscine m'angoissait, car j'étais de forte corpulence.

Une fois en lisant une revue naturiste HE pour ne pas la nommer j'ai vu une photo d'un couple beaucoup plus fort que moi et il avait l'air heureux. J'ai donc décider de trouver un club près de chez moi. Après un entretien avec le président, un rendez vous a été pris pour le weekend suivant. Malheureusement le temps fut maussade et j'ai passé ma journée au club house  où je fus accueilli comme si cela faisait des années que j'étais membre et je n'ai pas ressenti les regards ironiques des autres comme lorsque j'étais chez les textiles.

Depuis je n'ai plus abandonné ce mode de vie

Ma première fois nu ? Oulà. J'ai commencé à pratiquer le naturisme tardivement. En fait, j'ai toujours été attiré par le fait de vivre nu. Mais, il y a l'éducation.

Et puis, un jour, j'ai décidé de me lancer à environ 40 ans, J'ai honte, mais il vaut mieux tard que jamais. Bref, j'habite Roubaix et je voulais chercher une association naturiste sérieuse. Et j'en ai trouvé une qui donnait des séances de piscine sur Halluin dans le 59. Et j'y suis allé.

Quant je suis arrivé, mon Dieu ! J'étais très embarrassé par peur du jugement. Et puis, je suis un homme. Mais, le fait de voir tout le monde se déshabiller naturellement m'a fait surmonter mes complexes. J'ai donc retirer tous mes vêtements pour ensuite nager. C'était formidable. Je n'avais jamais senti une telle sensation agréable. Sentir l'eau sur ma peau, nager librement et nu. Je me suis cru, en nageant dans l'eau de la piscine, dans le ventre maternel. C'était très agréable. J'ai beaucoup aimer cette sensation avec une certaine émotion. J'ai pris enfin conscience de mon corps, de mon schéma corporel.

Depuis, je continue à pratiquer. Même si je n'ai plus le temps, hélas de retourner dans cette piscine. Je pratique la nudité chez moi et sur ma terrasse, à l'abri de tout regard bien sûr. De toute façon, le lieu où j'habite s'y prête tout à fait. C'est devenu tout à fait naturel.

Merci à vous.