Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

On a pique-niqué (nu) avec les naturistes

VIDEO. Paris: Olives et herbes hautes… On a pique-niqué (nu) avec les naturistes du bois de Vincennes

SOCIETE Près d’un mois après l’ouverture de la zone autorisant la pratique du naturisme dans le bois de Vincennes (12e), 410 personnes en ont profité dimanche dernier dans le plus simple appareil. Nous aussi

  • La zone nudiste s’étend sur 7.300 m2, délimitée par des panneaux mais non clôturée.
  • Elle ferme le 15 octobre prochain et un bilan sera tiré pour évaluer les points positifs ou négatifs.

« Santé ! A notre cher espace naturiste, à sa réussite et à ta première fois. » Les gobelets en plastique s’effleurent. Près d’un mois après son ouverture, la zone autorisant la pratique du naturisme dans le bois de Vincennes (12e) a réuni dimanche dernier près de 410 personnes dans le plus simple appareil. Un record célébré sous un soleil de plomb.

>> Lire aussi. Paris: Un espace naturiste ouvre ses portes aujourd'hui dans le Bois de Vincennes

Au service « Grand Paris » de 20 Minutes, nous avons décidé de vivre l’expérience jusqu’au bout avec une trace estivale de bronzage ne laissant planer aucun doute sur notre découverte de cet « art de vivre ». Mais déterminé à comprendre, en le vivant. Dans un premier temps, voilà ce qu’on a entendu et reçu, avant de se mettre à nu. 

- « Mais pourquoi ? » (Entourage)

- « Bon pique-nique (emoji aubergine/emoji pêche) » (Collègue)

- « Tu n’iras jamais jusqu’au bout ! » (Entourage)

 

- « Ce serait plus courageux et professionnel de votre part d’informer sur les mécaniques d’influence et de pression de petits groupes qui se jouent au sein d’une mairie » (Un promeneur « textile » du bois de Vincennes interviewé au sujet de cet espace)


 

« C’est plus que de se mettre nu »

C’est donc dans cette « clairière » de 7.300 mètres carrés, située entre l’allée Royale et la route Dauphine, que l’aventure commence. Boisé, verdoyant et touffu par endroits, l’espace n’est pas « clôturé » mais délimité à chaque « entrée » par des panneaux indiquant : « Vous entrez dans un espace où la pratique du naturisme est autorisée ». Et donc mixte. L’arrêté municipal autorise en effet à être nu mais les personnes habillées ne sont pas exclues. Ni dévisagés ou pris à la gorge. Non, les gens bronzent. Parfois, seule la tête dépasse des herbes hautes. Bref, c’est paisible. A la fraîche.

Une des entrées du siteUne des entrées du site - R.LESCURIEUX

Ensuite, dans les « engagements » du site, il est indiqué ceci : « Veiller au respect de la nudité tout en restant à l’écoute des personnes pouvant avoir des appréhensions à l’égard de la découverte du naturisme ». Ça tombe bien, l’heure n’est pas à une décontraction absolue. Mais sur zone, c’est effectivement la bienveillance qui prime. Un petit groupe de l’ANP (Association des naturistes de Paris) est là pour assurer l’accueil. Après, une série de poignées de main – certaines enduites de crème solaire ou de monoï –, c’est le grand bain. « Tu veux des chips ou des olives ? », m’adresse-t-on, avec un grand sourire.

>> A lire aussi : La France, première destination naturiste dans le monde

« Le premier quart d’heure est un peu dur quand tu ne l’as jamais fait, à cause du regard ou non des gens », prévient Fabrice, 33 ans, déjà en condition. Out le tee-shirt, le pantalon, le caleçon. Finalement, « balek », on est tous foutus pareil. Enfin… « C’est plus que de se mettre à nu », introduit Julien Claudé-Pénégry, chargé du développement des espaces urbains au sein de l’ANP. Mais au fait, oui, pourquoi on fait ça ?

 

Espace naturiste au Bois de Vincennes : Yoga, pique-nique, jeux de ballons … nous étions plus de 350 personnes. Bravo. #naturisme #Naked

 

 

Jambon persillé, rosé et bonne ambiance

« Le naturiste, c’est une connaissance de soi et une tolérance vis-à-vis d’autrui. Ici, il n’y a pas de discrimination, ni de jugement. Une fois qu’on est nus, on est tous dans le même état : tous différents, mais tous les mêmes », analyse Julien, 39 ans, assis en tailleur. « Il y a une communion avec la nature et les éléments et une dimension de partage », poursuit-il en avançant des arguments qui font écho. « Ça peut représenter pour la jeunesse une nouvelle approche de vie, un moment de lâcher prise, de déconnexion au monde, au quotidien et de son rythme effréné. Ici, il n’y a pas de mode. Enfin, pour certains, c’est politique : c’est le fait de revendiquer le droit à la différence et dire mon corps m’appartient. »

>> A lire aussi : «Petit à petit, je me suis faite au naturisme»

A vélo ou à pied, des « textiles » traversent l’endroit. Certains s’arrêtent et se désapent, d’autres passent leur chemin. Moyenne d’âge du public, 35-40 ans, essentiellement masculin. « Il y a dans la pratique, autant d’hommes que de femmes, mais à Paris on reste, c’est vrai, sur un secteur où l’homme a plus de facilité à se mettre nu qu’une femme », réagit Julien. Pour le reste c’est un pique-nique comme n’importe quelle garden-party champêtre : tortilla, jambon persillé, tomates cerise, rosé et bonne ambiance. Certains font de la méditation, d’autres s’apprêtent à jouer au volley, On parle de tout et de rien. A un détail près, qu’on oublie finalement vite. Le temps est bon, le ciel est bleu, etc. Autre question : Comment on en arrive à pratiquer cet « art de vivre » ? Nicolas, 29 ans, étendu sur son paréo, se lance.

Espace Naturiste du Bois de Vincennes : la Garde Républicaine assure la sécurité et la tranquillité des naturistes. #naturism #naked#ANP

 

 

« Je suis originaire de la côte atlantique et une fois je suis allé sur une plage naturiste. J’ai essayé et je me suis rendu compte que dans ces endroits on discute beaucoup plus facilement avec ses voisins », sourit le jeune homme. « En fait, j’ai compris que le naturisme me correspondait car il y avait beaucoup de convivialité et d’humanité. Le fait d’être nu, c’est un petit plus. On se focalise là dessus mais c’est idiot car quand on y est c’est simple. On est accueillis avec beaucoup de respect. En arrivant à Paris, j’ai trouvé peu de chose. Donc cet espace est une bonne nouvelle », conclut-il. Fabrice, reprend la parole et débite.

« J’avais 20 ans, j’étais avec un copain en vacances et on a essayé sur la plage. Ça a été une révélation ». En vrac : la liberté, s’assumer, les sensations, l’état d’esprit, le bien-être et le fait « de rencontrer des gens dans le même état d’esprit », rembobine-t-il, déplorant « l’amalgame » entre nudité et sexualité. « On a tous une sexualité mais elle est dans notre intimité. Un corps nu, c’est sain et ça ne veut pas dire perspective sexuelle, ni perversion », tranche Julien. Du côté des textiles, les réactions sur cet espace sont partagées.

Nicolas, 29 ans, à droiteNicolas, 29 ans, à droite - R.LESCURIEUX

Et qu’en pensent les « textiles » ?

« Cet endroit n’est pas la meilleure des idées. Il aurait fallu les mettre plus loin car on les voit quand même. C’est gênant car ici c’est un parc familial. Ce n’est pas Boulogne quoi… », s’exclame Anna, 34 ans, habituée de Vincennes. « Nous allons rajouter et décaler certains panneaux avec la mairie car des gens se sont plaints de tomber sur nous. Mais nous ne faisons de mal à personne », martèle Laurent, président de l’ANP. « Nous ne sommes pas dans un camp mais un espace public. Le but n’est pas de le cacher. Ce sont les personnes qui pensent que c’est malsain qui sont malsaines. » D’autres textiles sont plus ouverts. « C’est très bien, c’est un espace de liberté, après j’espère qu’il n’y aura pas de problème », souligne Christiane, 65 ans. Pour le moment « aucun problème » n’est à déplorer, notent les membres de l’ANP qui restent « vigilants » vis-à-vis d’éventuels comportements ambigus.

 

L’endroit ferme le 15 octobre prochain. Un bilan est prévu avec la mairie du 12e, le cabinet dePénélope Komitès, chargé des espaces verts à la mairie de Paris, les autorités et la direction du bois de Vincennes pour évaluer les points positifs ou négatifs. « Nous allons voir comment affiner les choses pour pouvoir l’année prochaine ouvrir du printemps à l’automne, et étendre jusqu’à 21h ou 22h », affirme Julien qui n’oublie pas de préciser « quand on essaye le naturisme une fois, on adhère ». A méditer.

 

La suite sur http://www.20minutes.fr/paris/2141059-20170929-video-paris-olives-herbes-hautes-pique-nique-nu-naturistes-bois-vincennes

Nous aimons bien les avis des "habitués du bois de Vincennes, parc familial..." gênés par la présence de naturistes, que "l'on verrait bien un peu plus loin"... Preuve en est que pour beaucoup le sujet reste tabou et que la nudité en famille n'est toujours pas à l'ordre du jour. Pourtant, ce ne sont pas les garçons éduqués dans des familles naturistes qui regardent sous les jupes des filles au collège ou dans les escaliers (situations rapportées par nos nombreuses nièces).

Le bronzage intégral dans les parcs en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche et ailleurs ne gêne en rien les familles et autres piétons en promenade. Personne n'appelle la maréchaussée pour lui demander de "faire cesser le scandale" et de verbaliser comme c'est régulièrement le cas en France. Le pire est qu'avec les concessions de plus en plus nombreuses de la classe politique aux exigences de la charria, ce n'est pas près d'évoluer dans le bon sens.

Invité un dimanche dans un cadre totalement professionnel à une séance de sauna en Finlande, j'ai constaté que le chemin menant de la cabane de sauna au lac proche était croisé par un autre chemin où cheminaient en permanence des familles promenant leurs enfants qui n'ont même pas tourné la tête lorsque nous nous sommes précipités en groupe dans l'onde fraîche. Il est vrai que là-bas, les affaires se discutent au sauna dans le plus simple appareil et non pas au restaurant avec force libations aux vins capiteux qui font tourner la tête.