Forums
 
Forums  ›  Société - Economie  ›  Société
 

Nelson MANDELA est mort !

Nelson Mandela est mort .

Connaissez vous son parcours ? Ses discours ?

Qu'éprouvez vous ?

Oui, bien sûr; on peut l'élever à la gloire des grands hommes comme Gandhi, Martin Luther King, Albert Schweitzer, Einstein et bien d'autres! N'oublions pas quand même Frédéric Decklerck qui a mené à ses côtés, ce combat pour la liberté ...Freedom...

Un grand homme, un grand destin, un regard d'une profondeur incomparable, cet homme qui n'a jamais prôné ni la haine, ni la revanche devra rester comme un exemple incomparable dans l'histoire de l'humanité.

L'Afrique du Sud a eu une grande chance de voir naître chez elle cet homme. Mais le reste de l'Afrique est toujours en proie à des luttes intestines sauvages, tant au Mali, qu’en République Démocratique du Congo ou en Centre-Afrique pour ne citer que ces pays.

Cette grande perte ne doit pas nous faire perdre de vue le destin de ce continent et, c'est un signe important que la France engage ses troupes en Centre-Afrique, le jour où un de ses héros disparait.

 

Une leçon d'humanité pour tous, pour avoir été en Afrique du Sud, cet homme a sauvé son pays à lui tout seul. 

Une vie à faire étudier dans toutes les écoles pour faire comprendre aux enfants ce que veulent dire les mots respect, pardon, tolérance. 

Oui, un GRAND HOMME nous a quitté, si au moins il pouvait servir de modèle......

".....En France, pas un responsable politique qui ne célèbre le grand homme. Une voix s'élève toutefois pour tempérer ce concert de loanges, celle de Bruno Gollnisch le N° 2 du FN .........  «Le régime afrikaner était un moindre mal»

en 1990 JM Le Pen alors président du FN déclarait à propos de la libération du futur président sud-africain : "Cela ne m'a ni ému, ni ravi. J'ai toujours une espèce de méfiance envers les terroristes, quel que soit le niveau auquel ils se situent.»

(extrait du "Parisien" du 6/12)

Tous n'ont pas les mêmes valeurs que Mandela ............ malheureusement. Méfions nous, ils se cachent mais sont toujours présents, même camouflés.

Mandela le terroriste.

Maintenant que le nom de Mandela est universellement célébré, il est gênant de se rappeler que, il y a peu, c'était nous, les gens prétendument civilisés, qui utilisions ce langage pour justifier notre politique et nos guerres ; nous, dont les privilèges, le silence et les actes ont maintenu des gens comme Nelson Mandela en prison, et la majorité des Noirs d'Afrique en situation d'infériorité et de servitude légale. Nous étions des racistes. 

Si Nelson Mandela était considéré comme un terroriste par l'Afrique du Sud blanche, d'autres en faisaient autant. Trois ans avant sa libération, après vingt-sept années d'enfermement, Margaret Thatcher, première ministre britannique, parlait encore de l'ANC, dont il était le leader, comme d'un « exemple typique d'organisation terroriste ».

Il fallut attendre 2008, bien après la fin de sa présidence, pour que les Etats-Unis enlèvent Nelson Mandela et l'ANC de leur liste de suspects à l'intention des services d'immigration.

Un très beau texte de Madame TAUBIRA

NELSON MANDELA - Ses cheveux en grains de poivre. Ses mains à la peau glabre et satinée, tendue, aux doigts replets. Ses poings fermés et pourtant doux comme deux amphores d'huile sacrée moulées de terre glaise pétrie et polie. La terre de Qunu. Ce balancement d'une jambe vers l'autre, ce sourire tendre et ces paupières pudiques, ces poings parant le plexus, non pour se protéger comme un boxeur, mais pour rythmer cette danse de la sérénité. La nation arc-en-ciel est proclamée, les résultats des premières élections libres, que certains appellent multiraciales, sont sans appel. C'est la première fois que je foule le sol sud-africain. Mais c'est déjà la deuxième fois que je rencontre Nelson Mandela.

Je m'étais blottie contre lui à Paris, en un lieu pourtant solennel, au ministère des Affaires étrangères. Sous le ciel d'un bleu austral, sous cette lumière à la fois vive et cordiale, il danse. Je suis fascinée. Figée comme un colibri ébloui par un alpinia fredonnant. Je le reverrai plusieurs fois. Et chaque fois, je cèderai au magnétisme.

Mais dès la première fois, ce pays inconnu m'est familier. Par la grâce de ses incomparables auteurs, de littérature, d'arts, de musique, de toutes expressions qui font la langue commune des hommes, sous toutes les latitudes où l'on refuse l'oppression, l'exclusion, la violence, l'aliénation, l'arbitraire. Et voilà la Terre, toute étonnée de se voir et se savoir assez ronde pour se mirer dans ce rêve grandiose d'une fraternité en actes, rêve si prompt à se dérober.

Voilà pourquoi Madiba est à nous tous. Voilà pourquoi quatre générations se sont emparées de ce sourire d'aurore, de cette voix pulmonneuse, de cette démarche qui s'assure à chaque pas que le sol ne se détourne pas. Voilà pourquoi nous n'avons pas le droit, même si nos esprits sont en lambeaux et nos âmes éperdues, même si l'horizon joue à s'esquiver, même si le monde est désorienté, nous n'avons pas le droit d'en faire une icône. De le désincarner. De le poncer, le lisser.

Tant d'élégance dans la fermeté, tant de douceur dans l'exigence, tant de constance et de clairvoyance, tant d'intelligence des moments et des lieux, déjà au temps des querelles fratricides, tant d'aptitudes à saisir en totalité cette humanité asynchrone, appellent au moins notre fidélité et la précision de nos mémoires: Madiba est un rebelle, généreux et résolu, courtois et buté, cultivant l'ambition d'entendre à la fois la voix intérieure qui dit le chemin de l'intégrité et le chant du monde sous le vacarme des égoïsmes, des insatiables voracités, des fureurs mégalomaniaques, des embardées de bons sentiments.

Je pleure, je ris, je frémis, je scande en écoutant Amandla! Miles Davis cherche, poursuit, aspire de sa trompette le saxophone de Kenny Garrett, Marcus Miller flatte vigoureusement sa basse, Joe Sample extorque à son piano des notes sans vacillation, et Bashiri Johnson percute, percute.
J'ai envie de me réconforter moi-même, de me consoler. Et je me dis, quoiqu'il arrive, le monde qui a donné naissance à Rolihlahla "celui qui vient poser des problèmes" et n'a pu l'empêcher de devenir Madiba, malgré, malgré tant et tout, ce monde ne sombrera plus jamais dans l'ignoble et l'horreur. Mais je sais qu'en ce moment même, je me mens. Alors, désemparée, avec Pablo Neruda je cède:

"Si je pouvais pleurer de peur dans une maison abandonnée
Si je pouvais m'arracher les yeux et les manger
Je le ferais pour ta voix d'oranger endeuillé
Et pour ta poésie qui jaillit en criant
Parce que pour toi poussent les écoles
Et les hérissons s'envolent vers le ciel"

Repose en paix, Madiba. Nos cœurs, ton linceul.

Hugo - La bonne humeur est une politesse... !

Voila, une de ses pensées qui a un caractère universel et qui, je trouve, se rapproche particulièrement du mouvement naturiste.

A ce sujet, je salue Zerokini qui est un des rares forum naturiste, si ce n'est le seul, à avoir honoré la mémoire de Nelson Mandela.

 

Voila, une de ses pensées qui a un caractère universel et qui, je trouve, se rapproche particulièrement du mouvement naturiste.

A ce sujet, je salue Zerokini qui est un des rares forum naturiste, si ce n'est le seul, à avoir honoré la mémoire de Nelson Mandela.

J'adhère totalement à ton post et à cette pensée à la fois simple et qui résume tout ... puissent les hommes vivre dans cette liberté et ce respect !

Il y a des Hommes qui marquent l'histoire de l'humanité et Nelson Mandela fait partie de ces Hommes .

Son histoire me procure à la fois émotions, compassion et envie de se dépasser pour des idées.

Quoi de mieux que de vivre pour améliorer les hommes ?

«Nous devons nous rappeler que notre première tâche est d’éradiquer la pauvreté et d’assurer une meilleure vie à tous.»

(2009, message vidéo diffusé lors d’un meeting électoral de l’ANC, sa dernière intervention politique)

Oui, un grand homme nous a quitté! mais le plus grand hommage qu'on pourrait lui faire, c'est de parler de lui dans 10, 20, 30 ou 50ans et pas seulement un grand abattage médiatique maintenant!

 

Oui, un grand homme nous a quitté! mais le plus grand hommage qu'on pourrait lui faire, c'est de parler de lui dans 10, 20, 30 ou 50ans et pas seulement un grand abattage médiatique maintenant!

 Le plus grand hommage serait surtout de tirer des leçons et d'agir pour que ces discriminations ne se voient plus.

Employer les mots "respect,tolérance,amour,partage" est une chose, les mettre en œuvre en est une autre.

Le plus grand hommage n'est pas de reconnaitre la sagesse de l'autre mais de mettre en application l'enseignement........n'est ce pas là aussi une forme de sagesse à

laquelle on peut rendre hommage ?

 

 

Oui, un grand homme nous a quitté! mais le plus grand hommage qu'on pourrait lui faire, c'est de parler de lui dans 10, 20, 30 ou 50ans et pas seulement un grand abattage médiatique maintenant!

 Le plus grand hommage serait surtout de tirer des leçons et d'agir pour que ces discriminations ne se voient plus.

Employer les mots "respect,tolérance,amour,partage" est une chose, les mettre en œuvre en est une autre.

Le plus grand hommage n'est pas de reconnaitre la sagesse de l'autre mais de mettre en application l'enseignement........n'est ce pas là aussi une forme de sagesse à

laquelle on peut rendre hommage ?

 Entièrement de ton avis

Un début de sagesse :  "Nicolas Sarkozy ira en Afrique du sud mardi pour l’hommage à Nelson Mandela à l’invitation du président François Hollande, a-t-on appris dimanche dans l’entourage de l’ex-président. « Le président François Hollande a proposé au président Nicolas Sarkozy de se rendre à l’hommage en l’honneur de Nelson Mandela en Afrique du Sud mardi », et ce dernier  a bien évidemment accepté ".

Ce mardi marque l'hommage international unanime à ce grand Homme.

Que ces enseignements servent à ouvrir les yeux des puissants de ce monde ainsi que de chacun d'entre nous afin de les mettre en application.

Dorénavant, il n'est plus simplement un citoyen d'Afrique du Sud, il est CITOYEN DU MONDE et son histoire sera enseignée aux plus jeunes.

Je ne serai pas étonné que son nom soit associé à ceux qui avant lui ont marqué l'histoire des Hommes : Gandhi, Bouddha, Jésus,etc...

L'amour et le Pardon, voilà le secret enseigné .....

"Je ne serai pas étonné que son nom soit associé à ceux qui avant lui ont marqué l'histoire des Hommes : Gandhi, Bouddha, Jésus,etc..."

Oui Pascal, ils ont tous enseigné l'Amour, dommage que parfois les hommes ont défiguré leur Message!...

Mandela était un homme et qu'il demeure dans l'histoire comme un exemple au même titre que Gandhi ou Luter King ou Nehru, est tout à fait probable et souhaitable. On ne peut l'assimiler à des doctrines quel que le christianisme (jésus) ou le bouddhisme qui de toute manière n'ont pas toujours véritablement fait avancer le genre humain, mais ont contribué  à l'asservir à certaines époques.

Tu as raison Kairos. N’assimilons pas ces hommes à des doctrines mais appuyons nous sur leurs enseignements que des religions ou doctrines ont repris à leur compte.

Car que ce soit Luther King, Gandhi, Bouddha, Jésus, Mandela,etc....ce  sont  des Hommes qui ont envoyé au monde un message d'amour , de pardon ,de respect.

Qu'ensuite, en leur nom , des utilisations détournées soient faites, nous ne pouvons l’empêcher.

Il y a toujours eu récupération pour ce genre d'évènement ou d'homme par des groupuscules, des doctrines et j'en passe...
Certes on ne peut pas changer cet état de fait mais on peut lutter en inculquant la vérité à nos enfants, nos proches, aux curieux qui demande 'qui est-il ?'.
{#emotions_dlg.chezfredoemoforum132}

Il est mort, paix à son âme. Cela fait 15 jours que les médias nous présentent ce sujet au quotidien. Un grand homme mais maintenant….. c’est l’overdose…. J'espère que les médias qui nous abreuvent passeront à un autre sujet.

Madiba est enterré ce jour dans son village de QUNU, ça ne s'invente  pas ça....

Pour moi, sud-Africain, a la journee de ses obseques funerailles, j'eprouve quelques ambiguites.

Or, il n'a pas libere le pays tout seul, c'est la majorite du peuple sud-Af qui l'a fait - mais on doit avouer qu;il etait devenu l'icone de cette liberte, ici et partout dans le monde.

Plus que cela : c'est son esprit de reconciliation, de rapprochement , de clemence et de pardon qui inspirait - et qui continue a inspirer - les gens. Plus que toute autre qualiite de cet homme, c'est cela qui nous, les sud-Afs, apprecient surtout.

Mais apres une semaine de deuil, c'est devenu pour moi un peu trop. On n'entend que ca dans les medias. On pretend (presque) tous etre plus afflige' que son voisin par sa mort. Mais on voit quand meme partout l'intolerance (par example, les femmes lesbiennes qui se font violer, l'amertume raciale, le tabou de parler du SIDA), l'inegalite socio-economique, des systemes de formation et de sante boiteux... C'est vrai qu'on a toujours une longue demarche a suivre..

Moi aussi, je suis triste : triste que le meilleur president qu'on a eu dans ce pays soit mort, triste pour sa famille qui ne le voyait guere pendant la lutte et ses activites politiques. Je suis triste que mon pays soit si loin de son ideal a lui.

Mais je suis heureux : heureux que cet homme puisse maintenant etre a paix. L'homme est mort, mais le symbole, l'icone, vivra toujours.

Lala ngoxolo, Tata Madiba.

Juste un rappel pour dire que le prix nobel de 19993 a été attribué à Nelson Mandela et Frederik de Klerk

Pour faire la paix, il faut quand même être deux, même si c'est Mandela qui a poussé à cela. Ce point a été peu cité dans les média aveuglés par l'exception de Mandela.

Aveuglé : qui ne voit plus rien

Natura12 - Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien

Je ne sais pas si les médias sont aveuglés ou si, plus simplement, cédant à une mode de bien séance sociale, le "vieux monde" cherche à se faire pardonner ce que l'on juge comme des excès et des erreurs vis à vis du continent africain. D'ailleurs dans ce 'vieux monde", nous, français, sommes certainement les plus complexés puisque nous courrons au secours de cette Afrique que nous pensons avoir offensée, sous le regard admiratif mais un peu goguenard des autres pays européens.

On essaie d'expurger notre laxisme historique vis à vis de l'apartheid que nous avons vaguement condamné à son époque et d'un colonialisme, dont on ne sait toujours pas s’il a été facteur de progrès ou simplement de domination avec un abandon sourd et aveugle des années 50 aux années 80, où sous Mitterrand on a totalement abandonné ce continent africain.

En fait, nous avons les mêmes sentiments pour le continent africain, que celui de parents adoptifs, repentis,  qui auraient oublié de donner l'éducation et l'enseignement nécessaires à leur enfant et l'aurait abandonné à la fin de son adolescence sans lui donner de ligne de conduite précise, mais parce que certains appellent cela de l'ingérence quand il s'agit d'un continent.

Paix à son Ame.

Pour moi , c'est un très grand HOMME comme tous ceux connu ou inconnu ont œuvré pour  leurs semblable .