Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

Les naturistes en quête d'une nouvelle image

Indre : les naturistes en quête d'une nouvelle image

 

Les naturistes ont tenu leur congrès national, ce week-end, à Luzeret. Avec l’objectif retenu de démystifier ce “ mode de vie en harmonie avec la nature ”.

 
Le naturisme bénéficie d’une vague d’engouement. C’est forte de ce constat que la Fédération française de naturisme a tenu son 59e congrès, vendredi, samedi et dimanche, à Luzeret et Prissac. Un rendez-vous qui se tient tous les trois ans, mais une première dans l’Indre. « Un sondage a montré qu’il y a une amélioration de la “ bonne perception ” du naturisme, qui passe de 11 à 19 %, s’enthousiasme Armand Jamier, président. Et, en quatre ans, nous sommes passés de 600.000 à deux millions de pratiquants, en France. » Il évoque le chiffre de 50.000 pour la région Centre-Val de Loire.
Remède à l’individualismeHier, cent cinquante responsables d’associations, venus de toute la France, ont restitué, à la salle des fêtes de Prissac, le travail de deux jours d’ateliers et réflexion. « Nous avons travaillé sur nos orientations,révèle Françoise Laurent, trésorière du Club Loisirs et Soleil et de l’Indre. Comment redéfinir le naturisme, l’expliquer plus clairement. » 
Car la pratique évolue avec ses pratiquants. « Le public se rajeunit. » Armand Jamier en convient : « Nous avons affaire à des gens qui ont le besoin de rompre avec l’individualisation de la société et ses codes, qui ont besoin d’une sorte de lâcher-prise. » Un participant confirme : « Je me sens vraiment moi-même le soir, lorsque je rentre du travail et que je peux me dévêtir. C’est en apprenant à s’accepter soi-même tel qu’on est qu’on apprend à accepter les autres tels qu’ils sont. Quand on y parvient, c’est un vrai bonheur. »
Armand Jamier préfère parler d’« état d’esprit » ou de « mode de vie en harmonie avec la nature » plutôt que de mettre en avant la nudité et le bien-être qu’elle procure. Le discours évolue et la communication aussi. « Il y a trois ans, nous avions mis l’accent sur le “ vivre simplement ” des naturistes,poursuit-il. Aujourd’hui, on parle de “ vivre vraiment ”. Le naturiste n’est pas naturiste seulement quand il est nu. » 
Le choix de l’Indre pour ce congrès coïncide avec une volonté de démarginalisation. « C’est un mot que je n’ose pas utiliser car nous ne sommes pas marginaux, mais c’est l’idée. A l’origine, l’orientation générale était plutôt tournée vers les centres de vacances, en bord de mer. Mais les préoccupations changent : il y a une volonté de redécouvrir l’essentiel et rompre avec le superflu. Pas besoin d’équipement sophistiqué pour passer de bonnes vacances. » 
Ne reste plus qu’à se laisser tenter.
bertrand.slezak@nrco.fr