Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

Le monde du naturisme en Brenne

Le monde du naturisme en Brenne

Luzeret. Le 59e congrès de la Fédération française de naturisme a lieu ce week-end au cœur du Parc régional de la Brenne. Les représentants de cent cinquante associations sont présents.

 
Le camping de la Petite Brenne, à Luzeret, est l’un des deux établissements estampillés naturisme dans l’Indre. C’est dans cet espace de 42 hectares que se déroule, ce week-end, le 59e congrès de la Fédération française de naturisme. Sur trois jours, d’hier jusqu’à demain, les présidents des cent cinquante associations de naturisme sont venus de toute la France pour l’assemblée générale ordinaire annuelle de la fédération, présidée par Armand Jamier. 
La France première destination naturiste au mondeMais ce n’est pas l’objet de ce rassemblement : « Lors du congrès, nous organisons des ateliers de réflexion sur notre orientation 2018-2020. Quelle politique allons-nous mener ? Comment est perçu le naturisme aujourd’hui ? C’est notamment sur ces points que nous allons débattre », explique Yves Leclerc, vice-président de la FFN. Pour cet « art de vivre » comme ses pratiquants aiment l’appeler, il s’agit en effet de faire en sorte de ne pas être vu comme une pratique marginale. « Notre pratique place l’homme au centre du débat. Pour nous, l’humain et la nature sont indissociables ; ainsi, on se montre tels que la nature nous a faits, ajoute Yves Leclerc. Il existe de nombreuses structures d’accueil exclusivement réservées au naturisme, surtout dans le sud de la France. Mais les associations, fortes de deux millions de pratiquants, viennent de partout en France. Et on ne parle pas des deux millions de touristes étrangers. Les Belges ou les Hollandais, par exemple, sont ravis de pouvoir trouver un point d’accueil dans le Nord, par exemple. » La France est en effet la première destination naturiste au monde. 
Pour cette 59e édition, le choix de l’Indre n’est pas dû au hasard. « Nous avons fait le pari de venir ici parce que nous voulions respecter trois points : l’aspect France verte, un lieu de taille humaine et une gestion familiale. Dans ce domaine, avec des gens aussi accueillants, nous ne pouvions pas rêver mieux ». 
 

Le congrès national de naturisme se déroule dans l'Indre ce week-end

Luzeret capitale du naturisme ce week-end ! Le village de l'Indre accueille le 59ème congrès de la fédération française de naturisme. Plus de 200 personnes sont accueillies en Brenne pour réfléchir au futur de ce loisir encore victime de nombreux préjugés.

Luzeret, France

Les naturistes de France se retrouvent en Brenne ce week-end ! De vendredi à dimanche, le 59ème congrès de la Fédération française de naturisme (FFN) a lieu au camping naturiste de la Petite Brenne, à Luzeret.

 

 

Cet événement a lieu tous les trois ans, cette année avec le mot d'ordre "Naturisme, vivre vraiment, maintenant !". La précédente édition mettait l'accent sur la nécessité de communiquer. Désormais, la fédération veut aller plus loin. "On a vu que ne pas communiquer, c'était plus négligeable que de ne pas communiquer, résume Armand Jamier, le président de FFN. _Aujourd'hui, on doit savoir l'image qu'on veut donner de notre mouvement. On a une image dans la société d'un monde à part, qui fait un peu peur parce qu'on ne le connaît pas bien. C'est ce qui fait qu'il y a encore des appréhensions à parler de naturisme ou à côtoyer des naturistes_. On doit donner à partager notre art de vivre !"

Les participants ont pu tenir certains groupes de travail en extérieur. - Radio France

Près de 200 participants

Pour cette édition, la FFN a aussi choisi de changer de décor. Finis le Sud et les plages méditerranéennes qu'on associe facilement au naturisme. Le choix de la Brenne permet de donner une image plus familiale, de "montrer qu'à mi-chemin entre le Nord et le Sud, le naturisme est partout en France", explique Armand Jamier.

Pas évident à organiser pour les gérants du camping de la Petite Brenne, qui n'est pas forcément adapté pour accueillir jusqu'à 200 personnes au mois d'avril. La co-gérante, Anja Burgmans, explique avoir loué un barnum et la salle des fêtes de Prissac pour tenir les assemblées. "Mais ça se passe très bien ! rassure-t-elle. _Tous les centres de vacances sont là pour parler du futur du naturisme, de ce qu'on peut améliorer... C'est un honneur que ce soit dans notre parc régional de la Brenne, on est très fiers !_"

L'occasion aussi, pourquoi pas, d'attirer de nouveaux vacanciers naturistes en Brenne. Certains participants prévoient déjà de revenir... quand il fera un peu plus chaud !

Source : https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-federation-francaise-de-naturisme-tient-son-congres-dans-l-indre-ce-week-end-1523631588

La Petite Brenne  refuse régulièrement les hommes seuls et exploite les bénévoles de façon éhontée.  Le choix de la FFn est un très mauvais choix.

Je crois l'être humain capable de tout, même du meilleur.

Un congrès national en Brenne pour valoriser le naturisme !

Réunis du 13 au 15 avril à Luzeret, dans l’Indre, les adhérents de la Fédération française de naturisme ont établi un état des lieux de la pratique naturiste en France. Et engagé un plan d’action destiné à valoriser cet art de vivre qui leur est cher.

« …Le naturisme est un art de vivre possible en tous lieux, et même en toute saison… ». La formule en fera sourire beaucoup, en offusquera peut-être certains, mais ne peut laisser indifférent. C’est sur ce crédo que la fédération française de naturisme, présidée par le breton Armand Jamier, a choisi cette année de tenir son congrès au cœur de la France verte, dans un parc naturel attractif, celui de la Brenne, en s’appuyant sur son conseil régional et sur les associations locales, à commencer par le club Soleil et loisirs de l’Indre. Alors que d’aucuns auraient plus facilement imaginer une telle réunion sur le littoral ou dans une région réputée plus ensoleillée de notre hexagone.

Et c’est ainsi que des représentants des plus de 150 entités adhérentes se retrouvaient du 12 au 15 avril à Luzeret, dans l’Indre, sur le terrain de l’un des deux seuls espaces naturistes commerciaux de la région, La Petite Brenne, riche de 42 hectares de pleine nature, dirigé par la famille Burgsman. Venus de Lille ou de Toulouse, de Rennes ou de Grenoble, de Bordeaux ou de Lyon, comme de Mulhouse ou de Rouen. Et, bien entendu, de la région Centre, dont le conseil régional naturiste est administré par une orléanaise.

 

Développement des activités naturistes

En quoi peut bien consister un congrès naturiste ? Pas nécessairement à se retrouver pour des pratiques naturistes communes à la piscine ou sur des terrains de sports, surtout quand la météo alterne entre averses et périodes ensoleillées, et pas uniquement à remplir quelques formalités associatives habituelles. Il s’agissait surtout d’établir un projet d’orientation national pour la valorisation de l’image naturiste, et le développement de ses activités sur le territoire.

La réflexion se faisait ainsi en groupes constitués réunissant des représentants d’associations avec ou sans terrain, accueillant ou non du public, faisant se rencontrer des associations nationales à vocation thématiques et d’autres ne faisant qu’encadrer des activités de plages, etc. Au hasard des travaux, comme au moment de la synthèse, on découvrait ainsi beaucoup de points communs à l’ensemble du mouvement associatif, tel les rapports intergénérationnels, et d’autres beaucoup plus spécifiques à la pratique naturiste, comme l’obtention de créneaux dédiés dans des piscines municipales (2 en région Centre), ou la réécriture de la définition française du naturisme, datant de plus de 40 ans, pour l’adapter à l’époque. Un débat qui était loin, là, de faire l’unanimité.

Doit-on parler d’acceptation ou de tolérance vis-à-vis des autres et de leurs différences ? Et, surtout, le naturisme doit-il toujours être obligatoirement associé à « une pratique de la nudité en commun… », alors que d’aucuns, de plus en nombreux, revendiquent le droit à une pratique individuelle en lieux privés ou publics, dans un jardin ou sur un sentier de randonnée…voire en pleine ville ! Abandonner cette notion de pratique commune, fondement du mouvement depuis près de 100 ans, avec toutes les valeurs d’acceptation de soi et de reconnaissance de l’autre qui y sont liées dans les textes et les discours, apparaissait pour beaucoup comme une véritable révolution peut-être précipitée…même si l’idée progresse, notamment dans les nouvelles générations.

Bientôt des naturistes à Orléans en bord de Loire?

 

Concrètement, si l’idée d’être nu dans un lieu dédié est entrée dans les mœurs depuis plusieurs décennies, si celle de la randonnée en pleine nature en toute nudité est presque devenue banale, l’exemple récent de la création d’un espace naturiste officiel à Paris était au cœur des discussions, car unique en France. Et si nombre de participants en rêvaient peut-être secrètement pour leurs propres villes, fallait-il pour autant engager la fédération dans une démarche officielle de revendication de tels lieux dans chaque métropole française ? Sur les bords de Loire à Orléans ou à Tours, par exemple, pour ne parler que de notre région ? Voilà un programme de « conquête » face à l’opinion publique comme de conviction auprès des autorités qui demanderaient sans conteste beaucoup d’énergie et d’abnégation…

D'aucuns parmi les participants aux ateliers, suggéraient que les naturistes s’impliquent plus dans la société, ne rechignent pas à assumer leur naturisme, s’investissent dans des causes caritatives, par exemple dans la création d’un « Nudothon », voire que la fédération porte un véritable projet politique… Tout en reconnaissant en aparté que si «…les naturistes ont été les premiers écologistes… », et que si nombre de leurs valeurs sont désormais intégrées dans les combats de société, il en restera toujours une qui, par sa spécificité, sera plus difficile à transmettre, celle de la nudité, individuelle ou en commun…en public.

En repartant le dimanche midi, et en saluant unanimement la qualité de l’accueil, du site et de la restauration fournie par le Domaine de la Petite Brenne, véritable exemple à leurs yeux de « l’esprit naturiste » qu’ils veulent défendre et promouvoir, les congressistes savaient qu’il y avait désormais du travail pour passer du débat d’idée à la concrétisation. En sachant que le prochain congrès, dans trois ans, en un lieu encore indéterminé, serait certainement comptable de la progression de ces travaux.

JLB

Source : http://www.magcentre.fr/153047-un-congres-national-en-brenne-pour-valoriser-le-naturisme/