Forums
 
Forums  ›  Environnement  ›  Informations
 

L’Arctique fond, fond, fond et bouleverse le climat

" En Arctique, la banquise, la glace et la neige reculent à des vitesses vertigineuses. En se réchauffant, l’Arctique pourrait amplifier son influence sur les hivers en Europe et augmenter leur sévérité." Voici un article qui permet de comprendre la différence entre météo locale et climatologie. Avoir des hivers froids en Europe n'est pas forcément représentatif de l'état des températures de la planète.

http://www.natura-sciences.com/pollution/changements-climatiques-pollution/fonte-banquise-arctique527.html

 

banquise.jpg

il faut noter aussi que si l'artique fond, l'antartique lui gagne en superficie. Donc on perd de la glace au nord et on en gagne au sud.

Cela peut etre du au fait que le nord magnétique se déplace. Donc oui il y a un changement, mais à travers toutes les traces écrites et les relevés dont nous disposons, cela c'est dejà passé par le passé.

Donc, certes il y a une partie due à la pollution, mais aussi une grande partie naturelle ! 

 

Je ne sais pas où tu as eu cette info Guislide mais si tu pouvais mettre tes sources, ca aiderait à la comprehension, parce dire que l'Antarctique gagne du terrain sans autres explications, ca laisse perplexe.

Que les choses soient claires et non-minimisées: l'Antarctique est comme l'Arctique il fond .... mais par en dessous !

 

Ci-dessous un article de Michel Alberganti (journaliste scientifique et producteur de l'émission "Sciences Publique" sur France-Culture) qui explique le pourquoi du comment.

 

Sources.

- Surveiller la fonte de la calotte glaciaire qui recouvre le continent Antarctique fait partie des tâches les plus critiques. Même si c’est souvent l’Arctique qui fait l’actualité en raison d’un réchauffement qui s’y fait sentir beaucoup plus rapidement que les experts l’avaient prévu. L’Antarctique, lui, est plus grand que l’Europe et il est recouvert à 98% par un inlandsis, une couche de glace de 1,6 km d’épaisseur moyenne. Cela représente 70% de l’eau douce présente sur Terre. Sa fonte complète ferait monter le niveau des mers de quelque 60 mètres…

Nous n’en sommes pas là, mais le spectaculaire vêlage des icebergs se détachant des glaciers en bord d’océan montre que l’Antarctique aussi se réchauffe. Mais il ne s’agitait là que de la partie visible de l'effet du changement climatique sur le pôle Sud.

Selon une nouvelle étude publiée par la revue Science du 14 juin 2013 par l’équipe de scientifiques dirigée par Eric Rignot, de l’université Irvine de Californie et également chercheur au JPL de la Nasa, un autre phénomène, moins visible, est à l’œuvre. «Nous avons découvert que le vêlage d’iceberg n’est pas le principal processus de la perte de glace. En fait, les barrières de glace fondent essentiellement par en dessous avant même de former des icebergs», explique Eric Rignot.


Formation des barrières de glace en Antarctique. Image: Hannes Grobe, Alfred Wegener Institute for Polar and Marine Research, Bremerhaven, Germany - Wikimedia Commons Licence

Les barrières de glace sont ces langues qui prolongent l’inlandsis sur la mer sans en être détachées. Sous eux, circule donc de l’eau de mer. Il semble que le réchauffement de cette dernière soit la cause de cette fonte invisible. Selon les chercheurs, ce phénomène aurait provoqué 55% de la fonte des barrières de glace de l’Antarctique entre 2003 et 2008.

Ce constat va avoir des implications importantes sur la compréhension des interactions entre l’Antarctique et le changement climatique. Les mers de l’Antarctique se retrouvent ainsi aux avant-postes en tant que facteurs les plus significatifs du contrôle de l’évolution de la glace du pôle Sud. Un nouveau front à surveiller alors que certains sceptiques voyaient dans l’apparente stabilité de l’Antarctique une preuve des effets limités du réchauffement.  

C'est d'autant plus vrai qu'on ne trouve plus de glaçons pour le Ricard en provenance de la bas..(même chez Fauchon!!)