Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

Il vivait seul nu sur son île depuis 30 ans, !

Il voulait mourir sur l’île où il vit reclus depuis 1989. Mais Masafumi Nagasaki, surnommé l’ermite nu, a été contraint à l’âge de 82 ans, de retrouver la civilisation pour des raisons médicales.

L’île Sotobanari qui ne fait que 1 km2 se trouve dans un archipel à l’extrême sud du Japon. (Infographie Ouest-France).

 

 

Depuis 29 ans, Masafumi Nagasaki était l’unique habitant de Sotobanari, un îlot d’environ 1 km2, au sein de l’archipel Yaeyama, à l’extrême sud du Japon. Il avait choisi ce petit bout de terre isolé, dont le nom signifie « lointaine île extérieure » pour vivre à l’écart de la civilisation. Il était devenu célèbre comme l’« ermite nu » en 2012 après un reportage de Reuters alors qu’il avait 76 ans. Il avait confié aux journalistes que son seul souhait était de mourir sur cette île qu’il considérait comme sa maison.

Seul, Nagasaki a suivi les règles de la nature. (Photo : Reuters)

 

Les autorités japonaises en ont décidé autrement. Une patrouille maritime qui lui rendait visite de temps en temps l’ayant trouvé trop affaibli, probablement à cause d’une grippe, a décidé de le conduire sur l’île Ishigaki, proche de 60 km, où il vit désormais dans une maison payée par l’État. Il a interdiction de retourner sur son îlot.

Ce Japonais était un naufragé volontaire. (Photo : Reuters)

 

Naufragé volontaire

L’histoire de Masafumi Nagasaki, raconté par le journal britanniqueThe Daily Mirror, est digne d’un film d’aventures comme Seul au mondeMais contrairement au personnage interprété par Tom Hanks, ce Japonais était un naufragé volontaire. C’est un ancien collègue de travail qui lui avait parlé de cet îlot. Dès lors, il ne rêvait plus que d’échapper à la civilisation. Citadin sans expérience de la nature, il était horrifié par la pollution. Un jour, celui qui avait été photographe puis patron d’un bar à hôtesses, avait fait sa valise et avait rejoint l’île. Il pensait n’y rester que deux ans, il y est resté près de 30 ans.

Il pensait n’y rester que deux ans, il y est resté près de 30 ans. (Photo : Reuters)

 

Seul, Nagasaki a suivi les règles de la nature. Ses journées commençaient par une petite séance de gym, puis il passait ses journées à s’étirer au soleil, nettoyer son campement et éviter les piqûres d’insectes. « Ici, personne ne me fait passer pour un idiot »,avait-il raconté.

Il ne portait plus de vêtements depuis qu’un typhon les avait emportés. (Photo : Reuters)

 

Il ne portait plus de vêtements depuis qu’un typhon les avait emportés. « Vivre nu n’est pas adapté à la société normale, mais sur une île on se sent bien. C’est comme un uniforme. »

Malgré les ressources limitées, il refusait de se nourrir de poisson ou de viande. (Photo : Reuters)

 

 

Malgré les ressources limitées, il refusait de se nourrir de poisson ou de viande. Il s’interdisait aussi de consommer les nombreux œufs de tortues de mer cachés dans le sable. « J’ai vu ces bébés tortues naître et se diriger vers la mer. Chaque fois que je vois ça, j’ai des frissons et je me dis que la vie est merveilleuse. »

Il passait ses journées en s’étirant au soleil, nettoyant son camp et en évitant les piqûres d’insectes. (Photo : Reuters)

 

 

Alvaro Cerezo dont le métier est de trouver des îles paradisiaques à privatiser pour ses riches clients a eu la chance de passer cinq jours avec l’ermite avant son départ. « Il était prêt à risquer sa vie pour défendre l’île, assure-t-il. Il disait qu’il ne trouverait jamais un paradis comme celui-ci. » Le vieil homme lui avait confié « n’avoir jamais été triste sur l’île » et ne jamais vouloir la « quitter même si le monde changeait ».

Il a été obligé de quitter l’île après y avoir vécu pendant près de 30 ans. (Photo : Reuters)

 

 

« Tout ce que je veux, je peux le trouver ici. Je n’ai pas besoin d’autre chose », avait confié Masafumi Nagasaki. Il avait aussi indiqué à sa famille qu’il voulait mourir là « sans déranger personne et si possible dans un typhon ». « Mourir ici, entouré par la nature, c’est imbattable », avait-il aussi confié aux journalistes de Reuters.

Dans une vie précédente, il a été photographe. (Photo : Reuters)

Il assure n’avoir jamais été triste sur l’île. (Photo : Reuters)

 

Source: https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/27959/reader/reader.html?t=1530030552641#!preferred/1/package/27959/pub/40564/page/7

Bravo. Un fantasme comme celui ci est endormi au milieu de mon cerveau...

Il ne portait plus de vêtements depuis qu’un typhon les avait emportés. « Vivre nu n’est pas adapté à la société normale, mais sur une île on se sent bien. C’est comme un uniforme. »

Malgré les ressources limitées, il refusait de se nourrir de poisson ou de viande. Il s’interdisait aussi de consommer les nombreux œufs de tortues de mer cachés dans le sable. « J’ai vu ces bébés tortues naître et se diriger vers la mer. Chaque fois que je vois ça, j’ai des frissons et je me dis que la vie est merveilleuse. »

Bravo, tout seul il a trouvé les bonnes règles de vie pour sauvegarder sa petite planète !

 

Ca c'est une histoire incroyable... Le vrai retour aux sources !  Respect !

Oui une histoire a faire pâlir  Jason !

Dis, elle est où son île. J'y vais à la nage.

Amicalement nu Eric

Le Bonheur est si simple. il a du vivre des moments difficiles en 30 ans. La nature n'est pas si rose.

Jason la carte est au début du reportage !

24

merci   trop agréable  

 

Fabuleux! Le rêve de chacun d'entre nous, je pense! moi aussi, j'ai un truc comme ça qui se balade quelque part dans ma tête… Superbe. 

Pas de médecin, pas de dentiste... Non merci, pas pour moi...

Je crois l'être humain capable de tout, même du meilleur.