Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

Fin de l'expériementation à paris

L’expérimentation, lancée fin août, s’est achevée ce dimanche. « Sur un constat de succès », estiment unanimement les naturistes qui ont vite adopté ce lieu.

Heureux comme un naturiste à Paris ! Les centaines d’adeptes de la nudité qui ont profité, une dernière fois ce dimanche, de l’espace mis à leur disposition dans le bois de Vincennes (XIIe) ne pouvaient espérer de meilleures conditions pour organiser leur grand pique-nique de clôture : 25° au thermomètre, un grand ciel bleu sans nuage et un soleil qui tape dur obligeant beaucoup de naturistes à garder au moins un vêtement : le chapeau.

 

 

La mairie de Paris — qui avait voté en 2016 le principe de l’expérimentation d’une zone naturiste dans la capitale — a autorisé les « pratiquants » à s’installer dans une clairière, cachée à l’écart de l’allée Royale, tous les jours de 8 heures à 19 heures pendant 6 semaines. L’expérimentation, lancée fin août, s’est achevée ce dimanche. « Sur un constat de succès », estiment unanimement les naturistes qui ont vite adopté ce lieu.

 

 

« Il y a eu du monde tous les jours. Au moins 50 personnes… même quand la météo était mauvaise », rappelle l’un d’eux, un verre de rosé à la main. « Le dimanche 24 septembre, on a compté plus de 400 personnes dans l’espace naturiste. Ce record va être pulvérisé aujourd’hui », ajoute-t-il sous le cagnard alors que des hommes et des femmes d’âges divers continuent à arriver dans la clairière où ils se mettent à l’aise.

 

 

 

« Le succès de cet espace, c’est bien la preuve qu’il est légitime et nécessaire que Paris se dote d’un site ou le naturisme est autorisé », enchaîne Julien Luft, président de l’ANP (l’association des naturistes de Paris) qui va multiplier les contacts avec la mairie pour prolonger l’expérience. « Dans les prochains jours, nous allons avoir des réunions avec le comité du bois et la mairie pour voir ce qui a bien marché et ce qui a moins bien fonctionné », explique-t-il.

 

 

« Les panneaux qui indiquent l’entrée dans la zone naturiste, par exemple, pourraient être reculés pour que les textiles soient informés de notre présence avant l’entrée dans la clairière », précise le militant du naturisme en insistant sur le caractère « non privatif » de la zone qui leur était réservée. Pas de clôture, pas de barrière… La clairière où la nudité est « tolérée » reste ouverte à tous. Plusieurs hommes « textiles » passent d’ailleurs au milieu des naturistes en essayant (sans succès) de garder un air détaché.

 

 

« En 6 semaines, on a eu aucun problème. Ni avec d’éventuels voyeurs, ni avec des grincheux ou des pères la pudeur », assure Julien Lutz. « Si ce matin, un cycliste est passé en râlant », corrige une dame, bob sur la tête, sandales au pied et rien entre les deux. « En tout cas, on a veillé à ce que les valeurs du naturisme (le respect de soi, des autres et de l’environnement) soient suivies. Ici, ce n’était ni un lieu de drague, ni un lieu de rencontre. Juste un site ou on a enfin pu pratiquer le naturisme en toute tranquillité », conclut le président de l’ANP en espérant une réédition l’an prochain sur une période plus longue et des horaires élargis. « L’idée, c’est qu’à terme nous ayons au moins un espace pérenne à Paris ».

  leparisien.fr

Source  http://www.leparisien.fr/paris-75012/paris-ca-y-est-les-naturistes-remettent-le-bas-15-10-2017-7333464.php