Forums
 
Forums  ›  Société - Economie  ›  Société
 

Expérience choc : L'habit fait le moine.....

Je vous invite à découvrir cette expérience en vidéo et réfléchir..

Et vous, comment réagiriez vous ?

http://www.ayoye.co/experience-choc-un-homme-deux-habits-on-aide-le-riche-et-on-laisse-mourir-le-pauvre/#

En premier lieu, et en toute humanité, je répondrai qu'on se doit de répondre à tout appel à l'aide quelle que soit la personne qui se trouve concernée.

En second lieu, dans une ville comme Marseille, il ne va pas un mois sans que nous soyons concernés par des appels  de détresse et qu'au cours du temps, nous faisons le constat que certains sont authentiques et que d'autres sont simulés.  Ils se terminent soit par le constat que la personne se trouve dans un état d'ébriété très avancé et qu'elle peut se montrer hargneuse si on s'occupe d'elle, soit il s'agit d'une "simulation qui se solde  par une demande d'argent ou de cigarettes, et par des insultes si nous on n'y répond pas immédiatement.

Donc, oui, cette vidéo est choquante, d’autant qu'elle cultive la comparaison entre deux cas extrêmes; Oui, il faut porter secours à tout un chacun.  Mais malheureusement, notre société est loin d'être exemplaire et même si nous voudrions l'être, il se peut que certaines expériences malheureuses et répétitives  finissent par nous en dissuader...

Ce qui me semble intéressant est de constater à quel point nous sommes dirigés par des automatismes de pensée.

Une personne dans une tenue "non conforme" aux clichés de "bien" nous provoque une réaction différente à celle provoquée par une personne dans une tenue

"conforme".

L'une nous indiffère ou tout du moins exprime pour nous , par automatisme , une situation "non urgente" , ne nécessitant pas assistance , reflétant encore un pauvre

misérable alcoolique en pleine crise de délirium.

A l'inverse, par automatisme toujours, l'autre , "conforme" , ne peut être qu'une personne en détresse que je ne peux laisser ainsi sans agir.

N'en est il pas ainsi finalement entre les naturistes et les textiles ?

Les uns jugeant les autres ceci celà ?

Les automatismes, les préjugés....voilà notre quotidien.

Et si on tentait de se corriger ?

se corriger serait un grand bien pour l'homme mais alors attention y a du boulot

scoubi nat vous salue

 

Ce qui me semble intéressant est de constater à quel point nous sommes dirigés par des automatismes de pensée.

Une personne dans une tenue "non conforme" aux clichés de "bien" nous provoque une réaction différente à celle provoquée par une personne dans une tenue

"conforme".

L'une nous indiffère ou tout du moins exprime pour nous , par automatisme , une situation "non urgente" , ne nécessitant pas assistance , reflétant encore un pauvre

misérable alcoolique en pleine crise de délirium.

A l'inverse, par automatisme toujours, l'autre , "conforme" , ne peut être qu'une personne en détresse que je ne peux laisser ainsi sans agir.

N'en est il pas ainsi finalement entre les naturistes et les textiles ?

Les uns jugeant les autres ceci celà ?

Les automatismes, les préjugés....voilà notre quotidien.

Et si on tentait de se corriger ?

 Je ne crois pas, Pascal, qu'on puisse établir de parallèle entre la situation décrite dans les scénettes un peu caricaturales qui nous sont proposées dans la vidéo et celle qui peut exister entre textiles et naturistes ou inversement.

En effet,  et sauf rare exception, nous sommes textiles durant 98% de notre vie et naturiste durant 2%, même si  dans notre quotidien, nous essayons d'être conformes à certains préceptes naturistes comme le respect de soi, des autres et de l'environnement. En conséquence, la question ne peut se poser ainsi.

Mais, je partage le fait que nous devrions porter secours à toute personne qui en exprime le besoin et quel que soit son apparence. Ceci dit, c'est aussi le fruit culturel de notre éducation judéo chrétienne qui nous fait dire cela et on voudrait nous donner mauvaise conscience de manière un peu exagérée, car je suis certain que dans de nombreux cas, tout le monde porte secours à tout le monde.