Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Discussions générales
 

Devenez vedettes de cinéma... pour Zerokini !

 

Nous avons tous envie de faire partager à notre entourage le plaisir que nous éprouvons à vivre nu, ne serait-ce que quelques jours par an.

Nous savons bien que l’image de notre bonheur peut être contagieuse  !

C’est pourquoi, avec les animateurs du site, nous avons décidé de réaliser des films naturistes... dont vous serez les vedettes.

Nous vous proposons d’enrichir votre «  voyage  » naturiste d’une nouvelle expérience qui permettra de faire découvrir des êtres, des lieux, des activités et des pratiques «  naturellement nues  ». Je serai le cinéaste, seul et nu derrière la caméra, de surcroît bénévole, partageant une même passion avec vous.

Vous aurez toute liberté de l’exprimer de la façon qui vous convient et là où vous aimez. Nous n’avons pas l’intention d’établir une quelconque échelle des valeurs entre les conceptions et pratiques naturistes. Au contraire, nous souhaitons la diversité et, pourquoi pas le débat.

Tss-tss, j’entends bien les objections. Se montrer nu dans un film, sur internet, c’est trop risqué  !

Effectivement, certains d’entre-nous, pour des raisons personnelles ou professionnelles, peuvent difficilement se montrer nus. On peut le regretter. Mais c’est un fait et nous ne sommes pas irresponsables.

Mais pour beaucoup d’autres, l’obstacle est intérieur, psychique, et non pas social. Même en étant nu soi-même, on ne se défait pas si facilement d’un défiance séculaire envers le corps dévêtu.

Je peux parler de choses que j’ai vécu et éprouvé.

Mon père m’a initié au nudisme, à l’île du Levant, quand j’avais 12 ans. J’appris que le cap de l’adolescence est rarement baigné d’une mer d’huile.

Passée la quarantaine, j’ai participé, avec ma famille, à l’émission de Mireille Dumas, «  Bas les maques  », consacrée au naturisme. Des millions de téléspectateurs ont découvert notre vie quotidienne de vacanciers naturistes.

Ce n’est pas le lieu, ici, de faire un débrief de l’émission, avec plus de deux décennies de recul. Au moins, m’accordera-t-on le crédit d’être capable de ne pas emmener les gens dans le mur.

Enfin, il n’est pas inutile de savoir que j’ai réalisé, il y a 25 ans, un reportage photographique pour la Fédération française de naturisme, dans une quinzaine de centres et clubs.

Ce que nous proposons, c’est du gagnant-gagnant, pour le naturisme, bien entendu, mais aussi pour vous. Une telle expérience, bien menée, ne peut qu’être enrichissante.

N’hésitez pas à dialoguer ici ou à m’écrire  : naturisme@jeanmiaille.fr