Forums
 
Forums  ›  Société - Economie  ›  Société
 

Blocage et déférencement des sites de streaming !

La justice ordonne aux fournisseurs d'accès et moteurs de recherches le blocage et déférencement de sites de téléchargements gratuits afin de répondre favorablement à

la demande des professionnels Français du film : Qu'en pensez vous ? Considérez vous que ce contrôle constitue une atteinte aux libertés ?

L'industrie du cinéma n'a jamais autant gagné d'argent que depuis les téléchargements......N'est il pas contradictoire alors de procéder à cette interdiction?

+ 10...

Normal...

Pas normal... de violer les droits d'auteurs..

Hugo - La bonne humeur est une politesse... !

 


L'industrie du cinéma n'a jamais autant gagné d'argent que depuis les téléchargements......

 d'où te vient cette information Pascal?

Comment le téléchargement illegal peut il rapporter plus d'argent qu'auparavant?

http://next.liberation.fr/cinema/2012/02/24/les-detonantes-recettes-du-cinema-francais_798347

Je ne pense pas que la solution consiste à vouloir INTERDIRE, CONTRÔLER de la sorte.

Je suis pour que les droits soient respectées .La création doit être récompensée.

Cependant, l'industrie du cinéma , notamment , doit se remettre en question et s'adapter aux nouveaux modèles numériques.Cette interdiction ne peut que renforcer le

téléchargement illégal car il est facile de télécharger à l'étranger.

Le téléchargement a cela de positif, c'est qu'il permet de susciter des envies qui auparavant étaient niées.Lorsque l'on télécharge un "navet", on est content de ne pas

avoir déboursé cette somme exorbitante pour l'entrée.En revanche, lorsque le film est de qualité, il est fréquent d'aller le voir au cinéma où la qualité d'image , de son,

etc...est supérieure.De plus, ces téléchargements nombreux, créent une addiction à la nouveauté cinématographique qui avait disparue.Cela génère de nouveaux

"spectateurs" qui découvrent le cinéma au travers les téléchargements et qui se rendront inéluctablement dans une salle pour assouvir ce plaisir nouveau.

Se rendre au cinéma pour une famille de 4 personnes est aujourd'hui un luxe .

L'industrie du cinéma doit trouver la possibilité d'utiliser les téléchargements pour diffuser la création et aussi en tirer des recettes.Cela peut se faire à travers des

publicités avant le film (comme dans les salles), avec des tarifs de téléchargement très bas (afin de permettre au cinéma de rester un loisir et art populaire), avec des

accords de redistribution avec les fournisseurs d'accès, etc...Des solutions existent.

Le cinéma doit faire sa révolution numérique et entrer dans le 21 ème siècle.

Voilà en fait le point commun entre le cinéma, la politique, l'économie.......La France n'est pas entrée dans le 21 ème siècle et s'accroche à des idées, fonctionnement,

des acquis qui n'ont plus d'avenir et qui ne sont qu'un frein à l'évolution.

Nous avons la chance d'avoir des cerveaux, mettons les en actions .

ps: ce serait bien de penser, quand tu mets un lien, à le faire ouvrir dans une nouvelle fenêtre, car du coup on quitte le site lorsqu'on clique dessus...

Je ne suis pas d'accord sur tous les points, en ce qui concerne le téléchargement, et que cela concerne le cinéma ou la musique.

Les gens ont presque tous aujourd'hui des écrans d'au moins 100cm, avec un super son, HD, et n'ont donc plus besoin d'aller au cinéma pour voir un film qu'ils ont déjà vu chez eux. Je ne crois pas une seconde à ça.

Le cinéma a toujours été un luxe. Je me souviens quand j'étais gamin, nous n'allions au cinéma que rarement, et apprécions sans modération cette sortie qui restait exceptionnelle.

Mais il est vrai qu'aujourd'hui, nous voulons tout gratuitement.

Le téléchargement engendre des modifications de contrat pour les artistes. Autrefois ils étaient payés au pourcentage. Aujourd'hui, ils ne prennent plus de risque, et c'est au cachet pharaonique, ET pourcentage si le film fonctionne. Les acteurs sont payés à coup de millions d'euros. Mais d'où vient cet argent sinon des subventions de l'état, donc de votre poche? ( impôts, taxe, etc....)

Réfléchissons donc à cela. Quant à faire confiance aux têtes pensantes... Regarde où nous en sommes aujourd'hui en France, au bord de la fracture.

En ce qui concerne la musique, le résultat est le même.

J'ai encore les vyniles de ma jeunesse chez moi, les étiquettes de prix encore collées. De 70F à 110F, soit de 10 à 16€. C'était très cher, et personne ne s'en plaignait, car c'était le prix. Aujourd'hui, vous pouvez acheter un CD pour 15€, mais surtout le télécharger légalement pour à peine 9€.

La conséquence de cela: un tarif exorbitant des places de concert. Des artistes qui ne se produisent plus dans des salles de taille humaine. Il faut bien qu'ils récupèrent ce qu'ils perdent par le téléchargement illégal.

Je bosse dans un théâtre de 750 places. Nous avons souhaité faire venir des artistes pour des concerts. Rien que le tarif demandé dépasse les recettes totales si nous faisions complet. Nous devons donc oublier cette possibilité.

Ces augmentations de tarifs sont exclusivement dues aux téléchargements illégaux .

Comme tu l'as compris, je suis fermement opposé au téléchargement illégal, que ce soit pour le cinéma ou pour la musique. Que dire, quand tu travailles des années sur un disque, et qu'à sa sortie tu le retrouves sur les plateformes gratuitement.

Alors si on peut choper les voleurs, car ce sont des voleurs et rien d'autre, alors je suis pour des lois dissuasives.

Article intéressant sur actuciné

Le réalisateur John Landis critique l’industrie du cinéma

Alors qu’il assistait au Festival International du Film de Mar del Plata, le réalisateur (« Cadavres à la pelle », « Les blues Brothers », « Le loup-garou de Londres ») a déploré l’évolution de l’industrie cinématographique.

« Les studios ne sont plus portés sur le cinéma », s’est-il exclamé, en ajoutant: « Il n’y a plus d’idée originale. Ce n’est pas une question d’idée, mais d’exécution de l’idée. Les studios de film ne sont plus maintenant que des filiales de grandes multinationales. Time Warner, British Petroleum, Sony – ce ne sont pas des sociétés, mais des foutues nations. Ce sont des géants internationaux qui ne paient pas de taxes. C’est ridicule. Ils sont comme des pirates. Ils doivent vraiment être désespérés, parce qu’ils ne savent pas comment attirer les gens au cinéma, alors ils font revenir la 3D et toutes ces merdes. »

Le cinéaste, qui ne mâche pas ses mots, est déçu de la façon dont cette industrie évolue. Il explique : « C’est très courant de dépenser de l’argent pour vendre un film plutôt que pour en faire. La raison pour laquelle ils font des remakes et des suites, c’est parce que ce sont des marques, comme Coca Cola. Ils refont les films parce qu’ils en ont prévendu le titre. C’est tragique, parce que vous avez des choses comme ‘Massacre à la Tronçonneuse’ de Tobe Hooper qui est un film brillant et pourtant les remakes ont fait plus d’argent. »

ADVERTISEMENT

Il apporte une explication à cette évolution : « Les risques sont trop importants actuellement. Beaucoup de mes films ont fait plus d’argent la deuxième, troisième ou quatrième semaine, parce que nous avons eu ce qu’on appelle le bouche à oreille. Maintenant, si un film ne rapporte pas d’argent dans ses 2 premiers jours, vous êtes foutus. »

a également soulevé la problématique du piratage sur Internet, en pointant du doigt quelques géants sur la Toile : « L’un des problèmes avec Internet, qui reste à résoudre, c’est l’existence de YouTube, Google, Yahoo, qui prospèrent sur le piratage. Ils doivent voler la propriété intellectuelle, ils sont comme des vampires. De nos jours, il y a des générations à travers le monde qui croient que quand ils téléchargent quelque chose gratuitement, ce n’est pas du vol. Ca ne leur passe même pas par la tête, donc la propriété intellectuelle est devenue insignifiante. Avant, vous pouviez écrire un livre ou une pièce de théâtre et ça vous appartenait, mais maintenant vous êtes violés en permanence. C’est très compliqué, je n’ai pas de réponse pour cela. »

Malgré son indignement, le cinéaste reconnaît qu’il reste encore de bons films de nos jours, mais qu’ils se font de plus en plus rares. « Il y aura toujours de bons films qui seront fait. C’est juste de plus en plus difficile de les voir. Et les studios ne sont plus intéressés à faire de bons films, ils veulent faire des films qui vous feront aller au cinéma. Donc vous avez des films comme ‘Avatar’ ou ‘Gravity’ d’Alfonso Cuaron. C’est magnifique à voir, mais est-ce que ce sont des bons films ? Non ! Mais c’est divertissant et c’est un spectacle techniquement stupéfiant. »

Il conclut : « Tout est en train de changer. Steve Jobs a détruit l’industrie musicale. Il a décidé qu’une chanson valait 20 centimes, comme ça, boum. Détruit. Donc tout a changé. Il n’y pas de méchant ici, personne ne contrôle tout ça. Mais je comprends qu’ils soient effrayés. Toutes leurs décisions sont basées sur la peur. »

Le préjudice du téléchargement illégal est pour les nouveaux artistes. Ils ne trouvent plus les fonds pour avancer et faire connaitre leurs créations.

Pour les artistes déjà en place, c'est une autre affaire.

Permettre le téléchargement illégal ne va t'il pas empêcher des nouveaux talents d’émerger... ?  C'est la vraie question.

Hugo - La bonne humeur est une politesse... !

Nous sommes d'accord sur un point :le téléchargement illégal est nuisible à la rémunération et création

En revanche je suis pour utiliser ce mode de diffusion nouveau et moderne en l'adaptant.

D'où ces propositions de publicité avant film ou musique , redevance fournisseurs d'accès,etc...

Et puis, comme tu le dis si bien Negah, certains artistes, producteurs,managers  n'abuseraient ils pas sur leurs rémunérations ?

Je pense que ce n'est pas en pratiquant la politique de l'autruche et en niant ces nouveaux modes de consommations que l'industrie du cinéma, de la musique ou du

spectacle en général se sauvera.

Ces industries doivent s'adapter , produire de la qualité (et la France sait le faire) et inventer un nouveau mode de rémunération les concernant.

Le téléchargement n'est pas né hier.....et qu'ont ils mis en œuvre excepté se plaindre du manque à gagner et faire fonctionner des relations pour INTERDIRE ?

Quel paradoxe : l'art qui est une fenêtre de liberté et un moteur créatif d'un coté et ces industries qui au nom de sa défense  voudraient interdirent et ne font preuve

d'aucune créativité .

Le monde change, les moyens de communications , commercialisations , etc.aussi. Adaptons nous.

Créons l'avenir non pas sur ce qui a pu être mais sur ce qui n'est pas encore , INVENTONS notre avenir.

NON au téléchargement illégal, OUI au téléchargement.

PS : N'oublions pas non plus que ces nouveaux moyens de communication ont permis à des artistes de "percer" et de vivre de leur travail (plateformes participatives my

major,et les autres) et d'ouvrir des portes qui jusque là étaient fermées pour ces jeunes artistes sous couvert de la toute puissance des maisons de disques qui faisaient

régner leur loi impitoyable du clientélisme !

Je suis contre le telechargement gratuit pour toutes les oeuvres de moins de 3 ans.

Moyen de me donner bonne conscience ?

Je ne telecharge ni de films ni de livres ni de concerts ni de pieces de théâtre gratuitement

Seulement un peu de musique vieillote introuvable en boutiques