Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

BERK : Plage naturiste

Plage naturiste : « juridiquement, il n’y a pas de trouble à l’ordre public »

Un avocat lillois tente de faire interdire la plage naturiste de Berck provoquant la colère des habitants de la ville

La ville de Berck autorise la pratique du naturisme à l’extrême nord de sa plage, après Terminus. Mais un avocat lillois représentant des opposants à cette pratique a entamé une procédure visant à la faire interdire raconte la Voix du Nord.

Selon l’avocat, l’arrêté municipal autorisant le naturisme sur une partie de la plage est illégal, car le code pénal réprime «l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public » (art.222-32). Le juriste annonce qu’il saisisit le préfet afin que ce dernier fasse cesser le «trouble à l’ordre public que subissent les usagers de la plage de Berck» 

De son côté, le Mairen Bruno Cousein estime que la procédure émane de « quelqu’un souhaitant manifester son mécontentement ». « L’espace naturiste existe depuis de nombreuses années. Il a toujours été accepté. Maire, j’ai reçu des lettres de mécontentement, mais jamais sur ce sujet là. Avec 14 km de plage entre la baie de Canche et la baie d’Authie, il y a de la place pour tout le monde ! S’il se trouve un biais juridique pour faire casser l’arrêté municipal, on verra. Mais pour l’instant, il n’y a ni procédure judiciaire, ni retour de la préfecture », expose Bruno Cousein.

Selon La Voix du Nord, la majorité des habitants de la ville défendent leur plage naturiste: "Ils peuvent donc être rassurés : ils ont l’opinion publique avec eux" écrit le quotidien.

Source : http://www.jeanmarcmorandini.com/article-371523-un-avocat-lillois-tente-de-faire-interdire-la-plage-naturiste-de-berck-provoquant-la-colere-des-habitants-de-la-ville.html

Le thermomètre affiche 26 ºC sur la plage de Berck. Après vingt minutes de marche, un panneau prévient : « Plage naturiste à 500 m ». Alors que l’on croise les derniers « textiles » – nom donné aux personnes habillées – la plage naturiste s’étire sur 1 500 m pour deux cents personnes. Une mer d’huile, du sable chaud, des familles… depuis 1981. Difficile de croire que, pour certains, la plage pose problème : «  C’est par période  », balaie Jean-Pierre, le président de l’AGAPS, l’association de la plage de Berck. La cohabitation entre « textiles » et naturistes se fait sans encombre. «  On n’a aucun problème de voisinage !  », affirme Nicolas, moniteur de char à voile qui s’entraîne parfois du côté de cette plage excentrée.

« Baignade interdite »

Pour autant, les naturistes sont loin de profiter des mêmes infrastructures. Pas de douches ou toilettes. Seulement quelques poubelles. Sans le budget adéquat, aménager la plage semble compromis. Avec une trentaine d’adhérents, «  il faudrait qu’on soit trois fois plus pour financer ces installations !  ». Si le nombre de licenciés à la Fédération française de naturisme (FFN) a augmenté de 18 % en 2016, la majorité des nouveaux adeptes ne prend pas de carte, inutile pour accéder aux plages et structures du sud de la France. Un panneau interpelle : « Baignade interdite ». Gauche, droite : aucun maître-nageur. Pour Yves Leclerc, vice-président de la FFN, « on ne peut pas être dans un endroit discret et avoir des services de plein centre  ».

Berck est la seule plage du Nord -Pas-de-Calais reconnue par la FFN pour 600 licenciés dans les Hauts-de-France et bien plus de pratiquants réguliers. « Trouver une plage naturiste, c’est hard !  », lance Christiane, d’Ile-de-France, probablement refroidie par les galets de Cayeux (80), l’autre plage naturiste des Hauts-de-France. «  Les municipalités ne veulent pas se risquer  », avance Philippe Lehembre, président de la fédération des Hauts-de-France. Surtout quand celle de Berck est la cible de critiques. «  Pour avoir une autre plage, il faut une grosse association derrière  », complète le président de l’AGAPS. Et surtout le soutien du public.

Une pratique pas encore entrée dans les mœurs

Le nombre de naturistes français a beau être passé de 1,5 à 2 millions en cinq ans, la pratique n’est pas encore entrée dans les mœurs. «  C’est de mieux en mieux mais si on avait plus de plages, les gens finiraient par être habitués.  » Peu le crient d’ailleurs sur tous les toits : «  On a un peu l’impression d’être des pestiférés, pas forcément compris par tous  », note Gilles, 60 ans, de Lille. L’amalgame entre naturisme et sexualité perdure. Dans les dunes de Berck, les débordements sont «  de plus en plus rares  », signale le président de l’AGAPS. Un rôle de gendarme essentiel : c’est souvent sur le sable que les néophytes se déshabillent pour la première fois.

La fédération de naturisme est nordiste

Lui d’Arras, elle de Tourcoing. Albert et Christiane Lecocq se sont rencontrés en 1932 au Fort de Seclin, près de Lille, où l’on pratiquait le naturisme pendant l’entre-deux-guerres. Le 19 février 1950, ils fondent la Fédération française de naturisme. Trois ans plus tard, c’est la Fédération naturiste internationale qui voit le jour grâce au couple.

Depuis, la France est la première destination naturiste au monde avec près de 4 millions de pratiquants réguliers dont 2 millions de Français… et les Chtis n’y sont pas pour rien !

Loin du Cap d’Agde, les bungalows du Nord

À 76 ans, Jean-Marie Henry pratique le naturisme depuis 48 ans.  PHOTO THOMAS LO PRESTI

«  On ne savait pas qu’il y avait des choses dans le Nord - Pas-de-Calais  », lance Jacqueline, 64 ans. Cette Maubeugeoise a découvert le terrain naturiste de Saint-Amand il y a un an. Au bout d’un petit chemin en sens interdit, il rassemble une trentaine d’emplacements, une piscine et un terrain de pétanque, le tout sur moins d’un hectare. Loin des structures pharaoniques du sud de la France. «  Bienvenue dans mon paradis !  », lance Jean-Marie Henry, vice-président de la fédération des Hauts-de-France. Pour y entrer, comme dans les cinq autres terrains du Nord - Pas-de-Calais, il faut montrer patte blanche et posséder la carte de la fédération ou de l’association.

« Il faut jouer le jeu ! »

«  Le problème de la plage, c’est que ce n’est pas clair. On peut ou pas ?   » Tolérée, officielle… de quoi s’y perdre. «   Ici, on a tout, c’est plus rassurant », poursuit-elle. Le couple devait rester deux jours. Ils se sont finalement installés pour la belle saison. Et la météo capricieuse du Nord   ? «  Ce n’est pas juste enlever ses vêtements quand il fait beau. Il y a le respect de soi, des autres, de l’environnement. Il faut que ça vienne naturellement.  » L’association autorise les débutants à venir trois fois avant leur adhésion. Tenté ? Le terrain accepte les gens de passage pour la journée ou la nuit. Attention : «  Il faut jouer le jeu !  », prévient Jean-Marie.

 

Source : http://www.lavoixdunord.fr/206709/article/2017-08-20/fait-il-bon-etre-naturiste-dans-le-nord-pas-de-calais