Forums
 
Forums  ›  Naturisme  ›  Médias et Actualités
 

Naturisme - Actues en continu - part 2

Littoral : naturisme, le renouveau ?

La pratique se développe chez les couples de 35-40 ans avec jeunes enfants.

Quand vous dites que vous êtes naturiste, tout de suite on vous imagine au Cap-d'Agde à mater des filles." Cette image qu'évoque Gaëtan Duponchelle colle à la peau nue des adeptes de cette pratique. Un peu comme un vêtement trop serré dont il est difficile de se défaire. Originaire de Lens (Pas-de-Calais), Gaëtan est venu pour la première fois au camping Sérignan Plage Nature (Hérault) lorsqu'il avait 7 ans, il y a trente ans.

 

Depuis, il s'y rend chaque année avec sa femme Virginie, ses parents Édith et José, et leurs trois enfants, Léa (11 ans), Arthur (4 ans) et Margaux (1 an). Ils accèdent à l'étroite étendue de sable réservée aux naturistes par une entrée directe depuis le camping. "Souvent, je ne me reconnais pas dans les reportages qui sont faits sur les naturistes. Je ne me balade pas tout nu chez moi et je n'invite pas mes parents à manger nus à la maison. C'est seulement le temps des vacances", explique-t-il.

Naturisme, quèsaco ?

Selon la Fédération internationale de naturisme, la pratique se définit comme "une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par la pratique de la nudité en commun, et qui a pour conséquence de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et de l’environnement". Proposée par Francis Schelstraete, propriétaire et créateur du Domaine de Bélézy dans le Vaucluse, elle a été retenue par la fédération en 1974. Le naturisme se définit donc comme une forme du nudisme associée à une attitude et un lien particulier avec la nature.

EN CHIFFRES

39 % : c’est la proportion de licences naturistes en Languedoc-Roussillon par rapport au reste de la France. La région compte 24 espaces recevant des vacanciers, dont 22 campings.

6 475 unités d’hébergement sont ainsi disponibles, dont 5 586 emplacements de camping et 889 en locatif. La pratique a le vent en poupe, puisque la Fédération française de naturisme annonce une augmentation de 40 % de ses adhésions de 2014 à 2015. Selon Yves Leclerc, vice-président de la Fédération française de naturisme, cette augmentation serait en partie due à l’attrait des couples de 35-40 ans avec enfants.

Des vacanciers qui viennent également souvent d’au-delà des frontières. Parmi les quatre millions de naturistes en France, près de deux millions sont étrangers. Les Néerlandais, Allemands, Belges sont très nombreux à venir sur le littoral languedocien pour profiter des vacances dans le plus simple appareil.

Pas de discriminations

Ici, on est effectivement loin d'une ambiance m'as-tu-vu ou de la réputation sulfureuse de certaines plages du Cap-d'Agde. "On n'a aucun regard dérangeant, on n'est pas dévisagés. Il y a des petits, des gros. On ne regarde pas les défauts", assure Édith, la mère de Gaëtan. Pour Yves Leclerc, président de l'association Naturisme en Languedoc-Roussillon, c'est d'ailleurs un principe de base de cette pratique, dans laquelle "il n'y a pas de discriminations sociales, raciales ou sexuelles.

Quand un homme se déplace torse nu et pas une femme, il y a une inégalité. Ce n'est pas le cas dans le naturisme."Virginie a découvert la pratique il y a huit ans, avec ses beaux-parents. "Je suis arrivée de nuit, c'est plus facile. Je me suis réveillée le matin, puis je me suis dit : “Allez, sors de la tente”, se souvient-elle. Mais très vite, je me suis habituée."

Une nudité qu'elle n'afficherait néanmoins pas ailleurs. "Ici, on se sent sécurisé, on connaît tout le monde et il y a quelqu'un qui surveille la plage. Ça peut paraître anodin, mais ça change tout !" Gérard est employé par le camping pour cela. Il dit devoir "faire partir environ cinq “mateurs” par jour". Mais ce qui fait en grande partie le charme du naturisme, selon ses adeptes, c'est une certaine harmonie avec la nature et un état d'esprit ouvert et collectif, qui plaît de plus en en plus.

Harmonie avec la nature

Et qui se ressent au quotidien. "On se connaît tous. Je sais que je peux laisser mes affaires à la plage et aller chercher quelque chose dans mon mobil-home sans problème. Je laisse aussi mon vélo dans le camping, sans l'attacher. Tout le monde discute ici, il n'y a pas de barrière", apprécie Gaëtan. Une mentalité-clé de la réussite ?

Pierre-Benoit Labbé, responsable de la communication du camping Sérignan Plage Nature et président du cluster camping et naturisme à Atout France (ministère du Tourisme), dit en tout cas connaître une "très bonne saison" au camping et avoir vu ses effectifs "augmenter d'environ 20 % et se rajeunir". L'offre cible une clientèle plus jeune, de 30-40 ans, des couples avec enfants qui découvrent la pratique.

La structure casse au passage quelques idées reçues en proposant une balnéothérapie et une piscine à débordement depuis cette année réservées exclusivement aux naturistes. Seul bémol, selon Gaëtan : "Le plus embêtant, c'est de dire aux enfants de ne pas en parler en rentrant. Il y a encore beaucoup d'idées reçues. Quand j'étais jeune, c'était difficile pour moi d'expliquer dans les vestiaires pourquoi je n'avais pas de traces de maillot." L'image, toujours.

Maguelone, la plage de la discorde

La plage de Maguelone, située à Villeneuve-lès-Maguelone, commune jouxtant Palavas, et se prolongeant jusqu’aux Aresquiers, est pour beaucoup la plus belle de l’Hérault. Elle est forcément prisée et depuis cinquante ans, elle accueille bon nombre de naturistes sur une portion qui nécessite de marcher ou de s’y rendre à vélo, l’accès étant limité après un parking payant. Mais les adeptes ont eu la désagréable surprise de voir en juillet des panneaux tout neufs venir limiter et empiéter leur espace...

"C’est une plage qui est de tradition naturiste depuis le début des années 60, rappelle un de ces pratiquants. Elle n’est pas surveillée à cet endroit : elle est longue de 12 km et quasiment déserte sur 10 km. Elle est utilisée par une clientèle locale, des habitants des environs qui savent comment y accéder. Il s’agit d’une population simplement adepte du bronzage intégral."

"Tolérance historique"

Contacté, Noël Ségura, le maire de la commune, indique que ces panneaux ne sont pas nouveaux et qu’ils ont été installés depuis une paire d’années, mais qu’ils ont été dégradés, arrachés et donc remplacés par des neufs. Il justifie la limitation de la zone naturiste.

"Il y a une tolérance historique. Pour le reste, on met des panneaux pour séparer les zones, les naturistes sont près de la zone familiale et je ne veux pas qu’il y ait un mélange avec les familles et qu’elles montent au créneau", indique-t-il. En fait, l’élu explique que depuis qu’une partie du cordon littoral a été restaurée, le site, bien qu’accessible uniquement par petit train, est de plus en plus fréquenté.

"Il ne faut pas de dérives et que les gens voient des personnes nues à la descente du petit train. On avertit et s’il y a problème, on verbalise, explique Noël Ségura. La plage fait 9 km, ils ont de quoi faire !" Sur 5 km de littoral. "Mais il n’existe ni buisson, ni végétation qui pourrait donner lieu à des pratiques échangistes, ni même à des pratiques exhibitionnistes", rappelle le pratiquant, dénonçant "les ligues de vertu qui prennent le pouvoir". Ambiance...

Y. P.

La suite sur midilibre.fr http://www.midilibre.fr/2016/08/19/maguelone-la-plage-de-la-discorde-naturisme-le-renouveau,1382005.php

Un premier pique-nique tout nu à North Vancouver

Le club nudiste Van Tan organise samedi soir son premier pique-nique naturiste « Diner Dans le Nu ». L'événement se déroule sur son terrain à quelques hectares au-dessus du quartier Lynn Valley à North Vancouver.

« C'est un peu une blague pour nous, car nous ne porterions rien de toute façon », ironise Daniel Jackson, un des membres de Van Tan Nudist qui se targue d'être le plus vieux club nudiste reconnu au Canada.

Il ajoute que cette idée de pique-nique s'inspire du très populaire Dîner en Blanc qui se déroule dans des villes à travers le monde chaque année, ainsi que de l'événement public Ce Soir Noir, qui reprend le même concept avec des vêtements noirs.

Nous avons commencé à nous dire qu'il existait une autre option, sans avoir besoin d'être tout de noir ou de blanc vêtu : ne rien porter du tout.

Daniel Jackson, membre du club Van Tan Nudist

Des tables, des chaises et des barbecues ainsi que d'autres équipements, comme un sauna, seront mis à la disposition des participants.

Daniel Jackson tout nu en train de jardiner, avec une casquetteDaniel Jackson s'occupe du jardin au club Van Tan.   PHOTO : RAFFERTY BAKER/CBC

Les bienfaits de manger nu

Selon Daniel Jackson, manger nu comporte ses avantages. « Si ce n'est pas trop chaud et que vous vous tachez, c'est plus facile de nettoyer, votre vêtement ne sera pas abîmé », assure-t-il.

Le club Van Tan Nudist a été créé dans les forêts de la montagne Fromme au nord de Vancouver en 1939. Le nombre de ses membres a diminué au fil des années. Dans les années 1970, le club comptait environ 150 personnes. Ils ne sont plus qu'une soixantaine aujourd'hui.

L'objectif du club, pour les années à venir, est d'attirer de nouveaux membres, notamment les jeunes selon Daniel Jackson.

Las suite sur http://ici.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2016/08/20/002-naturisme-diner-repas-tan-nudist-club.shtml

Dans le Lauragais, le naturisme a toujours du succès

Le naturisme à la campagne, ça marche. En témoigne le succès constant de campings spécialisés comme celui des Aillos, dans le Lauragais, en Haute-Garonne.

Chaque été, jusqu'à 300 vacanciers le fréquentent. C'est par exemple le cas d'Anne-Marie, chignon brun et sac en tissu à l’épaule, et Luc, une serviette rouge sur le bras, parmi les plus anciens campeurs du site.

Depuis 37 ans, ces Belges passent tous leurs étés aux Aillos. « On est d’abord tombés amoureux du Lauragais », explique Anne-Marie, visiblement toujours sous le charme des lieux. Le couple venait avec ses enfants jusqu’à ce qu’ils décident de continuer leurs aventures naturistes sans leurs parents. « Ce qui nous plaît, c’est que quand on ôte nos vêtements, on est tous égaux. On ne parle pas de nos métiers, on n’étale pas sa richesse ».

Dossier complet à lire dans La Dépêche du Midi Haute-Garonne du lundi 22 août.

La suite sur ladepeche.fr 

Saint-Laurent-de-Condel[Reportage] « Être naturiste est un mode de vie ! »

À Saint-Laurent-de-Condel (Calvados), à une vingtaine de km de Caen, le club Nature et soleil de Normandie accueille les naturistes. Ici, on profite dans le plus simple appareil…

Jacques et Anita, entourent Didier Duquenoy, président de l’association Nature et soleil de Normandie. Jacques et Anita, entourent Didier Duquenoy, président de l’association Nature et soleil de Normandie.

Il y a plusieurs dizaines d’années, l’espace accueillait une maison de chasseurs. Maintenant, dans la grande maison nichée au cœur de la forêt de Cinglais, on y chasse… la tranquillité.

Depuis 42 ans, l’endroit accueille un espace naturiste de 2 ha dans les sous-bois de la Suisse normande. Un lieu retiré.

Ce jour-là, il fait beau et chaud. La sonnette retentit dans la forêt. Le grand portail noir s’ouvre. Jacques, 64 ans, accueille avec une franche poignée de main.

Il est suivi de Didier Duquenoy, président de l’association Nature et soleil de Normandie.

« Vous avez eu du mal à nous trouver ? Normal, on souhaite être discret », lance Didier dans un sourire avec le short à la main.

Des balades à vélos

Le club a été créé il y a 42 ans. Nature et Soleil de Normandie est propriétaire du terrain actuel. Il a été aménagé par les membres du club au fil du temps.

« Il y a deux ans, on a fêté les 40 ans. Nous étions plus de 100 », se rappelle Didier. L’ancienne maison de chasse sert d’accueil et de cuisine maintenant.

Sur les murs, des photos de sorties. Des balades en vélos où encore des animations du club.

L’accès est réservé aux porteurs de la licence de l’année en cours de leur fédération naturiste.

« Une permanence est assurée du 1er juin jusque mi-septembre par une équipe de bénévoles pour accueillir les membres d’autres clubs et fédérations. »

Le club est ouvert également aux personnes souhaitant découvrir le naturisme.« Nous accueillons des personnes de 4 à 80 ans », poursuit Didier.

Ici, on peut tirer avec son arc ou jouer aux boules. Il y a une piscine chauffée, barbecues… « Nous comptons 78 adhérents. »

Mais le club vieillit.

« On tente de recruter des jeunes de moins de 30 ans afin de faire vivre l’association. Pour ceux qui débutent, on leur conseille de pratiquer le naturisme à la plage. »

Hollandais, Allemands, Anglais…

Didier, qui est aussi carrossier, joue les VRP. « Avant on ne le criait pas sur les toits mais aujourd’hui, le naturisme n’est plus un sujet tabou. Mes collègues de travail savent que je suis naturiste. »

Il est rejoint par Jacques, un habitant de Saint-Malo, tranquillement installé près de sa caravane.

« Chacun fait ce qu’il veut. On ne sent pas le regard des autres et on n’est pas là pour juger. »

Ce dernier est venu avec sa compagne. « Je n’étais pas naturiste auparavant. Il m’a un peu initiée… », sourit Anita, 53 ans.

Sébastien, 39 ans, est venu une semaine au club avec sa compagne. Sébastien, 39 ans, est venu une semaine au club avec sa compagne.

Le club accueille des Hollandais, des Allemands ou encore des Anglais. Des commerçants, des instituteurs, des professions libérales viennent y passer quelques jours de vacances.

« J’ai fait du naturisme avec mon père »

« Le naturisme est un mode de vie, c’est vivre en harmonie avec la nature, vivre simplement », poursuit Didier.

Depuis cette année, le club accueille des personnes handicapées.

« L’année prochaine, les sanitaires seront mis aux normes afin de les accueillir dans un meilleur confort. La maison qui sert d’accueil sera agrandie avec notamment une rampe d’accès à mobilité réduite. »

Bien entendu, le club fait la chasse aux voyeurs. « C’est pour cela qu’on est cachés et que l’enceinte est fermée. S’il y a un problème, on sort la personne sur le champ. En sept ans de présidence, il y a eu quelques renvois mais ils ne sont pas nombreux. »

Sébastien, 39 ans, et Romy, 27 ans, viennent de Caen. Leur séjour prend fin après une semaine de vacances. C’est la première fois qu’ils viennent ici.

« J’ai fait du naturisme avec mon père. Nous sommes venus ici car à la plage, c’est plus compliqué car parfois il y a des voyeurs », confie Sébastien.

Le couple est ravi de son séjour. « Nous avons eu un super accueil et il y a un bon état d’esprit. »

Didier a le sourire. « J’espère qu’ils reviendront ! »

La suite sur www.lornecombattante.fr

Les Aillos, paradis naturiste

À une trentaine de kilomètres de Toulouse, les Aillos sont le seul site naturiste de Haute-Garonne. Reportage au cœur de ce petit havre de paix pour vacanciers dénudés

Niché au creux des collines du Lauragais au bout d'un étroit chemin de pierre, le camping des Aillos, unique espace naturiste de Haute-Garonne, est à l'abri des regards indiscrets. En haute saison, jusqu'à 300 vacanciers cohabitent dans le plus simple appareil au sein de cet espace vallonné et boisé de 6 hectares situé à trois kilomètres de Caraman, à l'est de Toulouse.

Certains viennent goûter pour une journée aux plaisirs de la baignade en tenue d'Adam, suivie d'un cocktail ou d'un repas servi dans la cour d'une bâtisse en pierre. D'autres y passent tout leur été. Si beaucoup d'entre eux sont à l'âge de la retraite, de plus en plus de jeunes fréquentent les Aillos. Et près de 60% de la clientèle du camping vient de l'étranger.

Accoudés au bar du restaurant de plein air, Anne-Marie, chignon brun et sac en tissu à l'épaule, et Luc, une serviette rouge sur le bras, sont parmi les plus anciens campeurs du site. Depuis 37 ans, ces Belges passent tous leurs étés aux Aillos. «On est d'abord tombés amoureux du Lauragais», explique Anne-Marie, visiblement toujours sous le charme des lieux. Le couple venait avec ses enfants jusqu'à ce qu'ils décident de continuer leurs aventures naturistes sans leurs parents. «Ce qui nous plaît, c'est que quand on ôte nos vêtements, on est tous égaux. On ne parle pas de nos métiers, on n'étale pas sa richesse».

Comme pour confirmer les dires d'Anne-Marie, une voiture de luxe se gare sur parking aux côtés d'une vieille guimbarde. À peine le pied à terre, son conducteur se déleste de ses vêtements et se fond parmi la dizaine de naturistes qui se prélassent au bord de la piscine.

À une centaine de mètres de là, Violette et son compagnon Dominique terminent leur petit-déjeuner devant leur tente, plantée à flanc de colline. Si Dominique n'est vêtu que de ses tongs blanches, sa compagne est toujours habillée. «J'ai mis du temps à m'y mettre», reconnaît Violette, qui est devenue naturiste après avoir rencontré son compagnon il y a quinze ans. «Ma fille m'a raillée au début. Elle se disait qu'il fallait toujours que je fasse des choses rock'n'roll !». Dominique, lui, est naturiste depuis 30 ans. «Je suis bourré de complexes», assure-t-il. «Je déteste les campings classiques où les gens passent leur temps à regarder les autres de haut en bas. Chez les naturistes, on ne se regarde pas. Le rapport entre les gens est différent». Certains campeurs sont d'ailleurs venus sur les conseils de leur médecin pour traiter un manque de confiance en soi ou des complexes physiques.

«Le naturisme, c'est quelque chose que l'on fait avant tout pour soi, pour se sentir bien, être proche de l'environnement. Pas pour se montrer», précise Dominique. «Je trouve que c'est quelque chose de normal. La nudité n'a rien de sexy».

D'ailleurs, gare à ceux qui ne viendraient pas aux Aillos pour les bonnes raisons. «C'est un espace naturiste familial. Pas un lieu d'échangisme. On associe trop souvent les deux, ce qui est totalement erroné», regrette Xavier Ménard, propriétaire des Aillos avec sa femme Betty. Quelques vacanciers indélicats ont déjà été fermement invités à décamper.

Et quelques règles tacites permettent à tous de cohabiter dans le respect. «On évite de se pencher en avant pour ramasser quelque chose, on s'accroupit… pas besoin de vous faire un dessin», précise par exemple Xavier Ménard. Quand aux questions que se posent beaucoup de novices : «les érections ne sont pas un problème parce que c'est dans la tête. Voir les autres nus nous paraît aussi normal que de les voir habillés. Voir des mains ou des seins, pour moi, c'est la même chose». Quant aux mauvais coups de soleil, fréquents sous le soleil brûlant de ces derniers jours, «on met de la crème, tout simplement». «Attention quand même», avertit Xavier Ménard. «Comme ce sont des parties qui voient rarement le soleil, elles sont hypersensibles, et souvent, les premières fois, les rayons dessinent un slip rouge sur les parties intimes». Voilà les naturistes en herbe prévenus.


Reconversion professionnelle

En 2014, Xavier et Betty Ménard, originaires d'Angers, ont repris le camping, autrefois géré par une association de naturistes. Adeptes du naturisme, les deux Angevins ont décidé de se lancer dans l'aventure après que Xavier, à la tête d'une entreprise d'artisans menuisiers ébénistes qui exportait des meubles jusqu'aux États-Unis, ait été victime de plusieurs accidents du travail. En deux ans, le couple a investi plus de 150 000 euros pour rénover la bâtisse de pierre, réhabiliter des emplacements, défricher, remettre aux normes, acheter une dizaine de mobile-homes. Aujourd'hui, il voit encore plus grand et envisage notamment d'ouvrir des chambres d'hôtes naturistes dans le corps de ferme et d'agrandir la piscine. En attendant, le travail de Xavier et Betty Ménard a déjà payé puisque le camping quatre étoiles a fait le plein pour la première fois cet été. Le couple a aussi décroché le label Camping qualité après la visite d'un vacancier mystère.


Le chiffre : 300

vacanciers >Au plus fort de l'été. 31 emplacements sont occupés par des résidents propriétaires de mobile-homes ou caravanes qui restent sur le terrain d'une année sur l'autre. 22 mobile-homes, un éco-lodge et une roulotte sont loués à la semaine. Et plusieurs dizaines d'emplacements sont ouverts aux campeurs.

Julie Guérineau

La suite de l'article sur www.ladepeche.fr

Tout nus et tout branchés : le grand retour du naturisme en France

 

Le naturisme regagne du terrain dans l'Hexagone. Y compris auprès de jeunes adultes séduits par un concept de vacances plus sereines. Enquête.

On pourrait les imaginer déclinants, symboles un peu fanés d'une époque plus libérée, vieux libidineux ou soixante-huitards isolés sur une plage. Clichés. Non seulement les naturistes ne sont pas en voie d'extinction, mais ils sont en train de rajeunir, de s'ouvrir à toute une frange de la population que l'on ne penserait pas spontanément intéressée par cette pratique. Pas moins de trois études se sont récemment penchées sur le sujet (1). 5 % des Français quitteraient régulièrement le maillot. 70 % des naturistes auraient moins de 50 ans et 43 % d'entre eux ne seraient même pas encore trentenaires. Les campagnes de communication semblent donc avoir porté leurs fruits.

 

Yasmine-Delia Greifenstein, responsable du naturisme au comité régional de tourisme de Nouvelle-Aquitaine, a fait le tour des salons de tourisme pour "tenter d'attirer une autre clientèle, car celle, traditionnelle, était vieillissante", explique-t-elle. Parmi ses nouvelles recrues, elle compte "beaucoup de jeunes dans la vingtaine et la trentaine, des cadres pour la plupart. Cette nouvelle génération y trouve un intérêt de fond et pas seulement de forme. Il y a dans le naturisme un respect de la nature et des autres sans doute supérieur et qui attire ce public."

Respect et militantisme

Justine (2), 28 ans, business developper, a découvert le naturisme cet été, grâce à l'une de ses amies. "J'ai ressenti beaucoup de calme, de simplicité, bien plus que dans un camping "classique", où règne souvent un certain désordre", décrit-elle. Du respect aussi, ajoute-t-elle, sans pouvoir expliquer pourquoi, mais "c'est vraiment ce qui m'a marquée". Situé à la pointe du Médoc, Euronat est le plus gros domaine naturiste d'Europe. Là, dans 335 hectares de pins, de sable, de tentes, de bungalows et de terrains de sport, se croisent vacanciers nus ou habillés, sortant de l'un des vingt-huit commerces et restaurants du centre ou se rendant vers l'espace thalasso.

C'est ici qu'ont atterri Virginie, trentenaire, avec son mari et leurs deux enfants. Soulagée. "Nous avons passé une semaine dans un camping traditionnel en Bretagne, et il nous a fallu intervenir deux fois pour faire cesser des bruits qui nous empêchaient de dormir. Les sanitaires étaient sales, les gens individualistes", se désole la jeune femme qui pratique le naturisme depuis huit ans. "Ici, il y a beaucoup d'entraide, un état d'esprit très particulier. Cela fait un peu "Bisounours" de dire ça, mais c'est vrai !"

Amélie aussi est arrivée en famille. Ses deux fils peuvent aller et venir tranquillement. "On a l'esprit serein car on sait qu'il ne leur arrivera rien. Il y a beaucoup de personnel pour s'occuper de la sécurité, mais aussi une solidarité entre les gens qui est rassurante." Idéal pour les enfants, selon elle. "C'est aussi la tolérance et la bienveillance qui nous attirent, ajoute son mari. Etre nu durant les vacances, c'est accepter le corps des autres et entrer en relation sans a priori. C'est presque une forme de militantisme !"

(1) études Protourisme 2015, Ipsos 2014 et IFOP 2015.

(2) Les prénoms ont été changés.

-------------------

La suite sur grazia.fr

Top 5 des plages naturistes en Corse

Par Dimitri Auchère Le 24 août 2016 à 15h00

S'il est un lieu où l'on a envie de tout quitter, c'est bien sur la plage... C'est à un tour de France de nos côtes, en mode dénudé, que nous vous convions. Direction la Méditerranée avec notre troisième étape : la Corse et son littoral de rêve.

Avec ses innombrables criques désertes et ses eaux aussi chaudes que turquoise, souvent à l'abri des regards, la Corse pourrait être un paradis du naturisme. Il n'en va pas toujours ainsi, de nombreuses communes sont réticentes et les autorisations restent rares. La plupart des temps, le naturisme est toléré à proximité de campings et de résidences spécialisés ; encore faut-il être client ou savoir contourner puisque le littoral demeure public.

1. LES PLAGES DE LINGUIZZETTA (HAUTE-CORSE)

Pourquoi c'est bien ? Linguizzetta est la station corse la plus ouverte aux naturistes avec plusieurs campings et plages accessibles. Parmi les principales, trois se succèdent du nord au sud : Chiosura, Tropica, Bagheera. Peu de monde sur la première dans un environnement de maquis et d'eucalyptus. Tropica, plus fréquentée, est bordée de structures touristiques naturistes et de dunes de sable blond. Si les deux premières sont mixtes, Bagheera, grande et sauvage, est réservée aux naturistes.

C'est où exactement ? Au nord de la marine de Bravone. Chacune de ces plages est desservie par la N198 puis par de petits chemins à gauche (en venant de Cervione). Pour Chiosura, repérez-vous au panneau "Pizzeria Chez Marie-Rose" ; pour Tropica, suivez "restaurant Tropica". Mieux indiquée, Bagheera dispose de deux parkings payants.

2. LA PLAGE DE STAGNOLU À BONIFACIO (CORSE-DU-SUD)

Pourquoi c'est bien ? Elle est à la fois accessible, sauvage et préservée, ce qui n'est pas toujours compatible, et en plus c'est une des plus belles du coin. Bien protégée par la montagne et par un cordon dunaire, elle s'étend sur plusieurs centaines de mètres de sable blanc. Non loin se trouve un étang. Et si vous vous déplacez en bateau, sachez que c'est aussi un point de mouillage.

C'est où exactement ? Depuis la N196, un chemin permet de se garer sur le parking de la plage de Tonnara. Reste ensuite à marcher une dizaine de minutes sur le sentier à main gauche pour arriver à Stagnolu.

3. LA PLAGE DE BODRI À L'ILE-ROUSSE (HAUTE-CORSE)

Pourquoi c'est bien ? Il suffit de regarder la photo ci-dessus pour être convaincu de la beauté et de la préservation des lieux. Botri (ou Botre) se trouve près du site préservé de la pointe de Ginebre. Le naturisme est plus toléré qu'autorisé, en particulier sur la partie nord de cette belle plage de sable fin. En saison, un snack permet de combler les petits creux.

C'est où exactement ? A 5 kilomètres de l'Ile-Rousse avec une desserte par le train des plages. En voiture, il suffit d'emprunter la D513 en direction de Calvi puis la N197. Le parking de la plage se trouve sur la droite.

4. LA POINTE DE CHIAPPA À PORTO-VECCHIO (CORSE-DU-SUD)

Pourquoi c'est bien ? Les naturistes ont le choix entre deux plages sur ce pointe dotée d'un camping, à 10 kilomètres de Porto-Vecchio. La plus fameuse située dans une réserve naturelle s'appelle Carataggio. Son air polynésien tant pour l'eau que pour le sable lui a attiré le surnom de "Tahiti". Pour atteindre la deuxième, appelée Chiappa et bien abritée, il faut suivre un sentier à main gauche en direction du phare.

C'est où exactement ? Depuis Porto-Vecchio, il faut sortir par la N198 puis emprunter la route de Piccovaggia qui va vers Palombaggia. Il faut se garer à la sortie de Piccovaggia et marcher un quart d'heure à travers bois pour atteindre la plage de Carataggio.

5. LA PLAGE DU GRAND CAPO À AJACCIO (CORSE-DU-SUD)

Pourquoi c'est bien ? La plage est suffisamment distante de la ville pour être au calme. On se trouve dans le magnifique cadre de l'anse de Minaccia à côté du Capo di Feno, non loin de la pointe de la Corba et des îles Sanguinaires. Prisé des surfeurs (donc prudence pour la baignade en cas de vent), le Grand Capo s'étend sur un kilomètre. Le coin naturiste se trouve sur le côté gauche, au-delà des paillotes.

C'est où exactement ? Depuis Ajaccio, empruntez la route des Sanguinaires et prenez sur la droite la D111B (vers le Capo di Feno). Un chemin sur la gauche permet d'arriver près de la plage (c'est indiqué) et de se garer sur un parking.

A lire aussi sur le naturisme :

Top 5 des plages naturistes en Languedoc-Roussillon

Top 5 des plages naturistes en Provence-Côte-d'Azur

Le guide 2016 des vacances naturistes vient de sortir !

La suite sur pleinevie.fr

LE TOURISME NUDISTE, SECTEUR À FORT POTENTIEL EN CATALOGNE

 

Des dizaines de milliers de personnes viennent profiter chaque année des plages et établissements naturistes en Catalogne. Selon certains spécialistes et associations, le tourisme naturiste reste un filon à exploiter dans la région. 

Chaque été, des millions de touristes viennent passer un séjour en Catalogne. Parmi eux, des dizaines de milliers de naturistes. Il existe pas moins de 50 plages mixtes et nudistes et quelques établissements naturistes en Catalogne. Selon le journal El País, ces visiteurs viennent de pays de tradition naturiste comme l’Allemagne, la France, la Hollande ou le Danemark. Ils auraient un pouvoir d’achat moyen-haut et « adorent » les plages catalanes.

Segimón Rovira, le président du Club Catalan de Naturisme, a expliqué à El País que le naturisme est « un tourisme familial, très tranquille et respectueux, qui profite des belles plages et de la nature. La Catalogne a un potentiel très grand, mais qui est pour le moment peu exploité ». Selon lui la Catalogne pourrait faire mieux. Il explique que les établissements naturistes en France se remplissent chaque été, alors que le climat et les plages ne sont pas aussi prospères qu’en Catalogne. Il ajoute aussi que « les 40 ans de dictature ont fait beaucoup de mal à ce type de tourisme. Au nord de l’Europe, que ce soit la culture luthérienne ou protestante, la nudité était très acceptée, alors qu’ici il y a encore du chemin à parcourir ».

2 millions de naturistes en Espagne

Parmi les différents endroits naturistes en Catalogne, les plus connus restent El Fonoll, un village entièrement naturiste, ou La Bartra, un refuge de montagne. À Barcelone, l’offre est limitée pour les amateurs de naturisme. Il existe la plage de Sant Sebastià qui tolère le nudisme, celle de Mar Bella et les piscines Picornell qui proposent quelques heures le samedi soir. Segimón Rovira revient sur les trois raisons qui motivent la pratique du naturisme : « le confort, la sensation de liberté et de paix quand ton corps entre en contact avec l’eau et l’air, et la gêne de porter un maillot de bain mouillé. »

En Espagne, environ 2.000 personnes sont associées à un club naturiste et la moitié d’entre elles sont catalanes. Selon des chiffres de la Fédération Naturiste Espagnole, deux millions de personnes pratiquent le naturisme en Espagne, dont les trois quarts sont étrangers. En Europe, ce sont 20.000 millions de personnes.

La suite sur equinoxmagasine.fr

10 conseils pour tomber le maillot à la plage

Pour facile de faire le premier pas lorsque l'on veut faire du nu intégral en bord de mer... Avec un peu d'audace et les quelques clés que nous vous donnons, vous n'aurez bientôt plus aucun embarras.

Emmener des enfants ou pas

En France, aucun texte ne régit l'admission des enfants sur une plage naturiste, ni ne détermine un âge minimum. La responsabilité est laissée aux parents ou aux tuteurs légaux. Tout est une question de bien-être et de liberté. Si les jeunes enfants ne rencontrent pas de difficulté majeure, le sujet peut s'avérer plus délicat avec des adolescents. Il faut alors en parler sans tabou ni contrainte. Quant à la crainte de perdre son autorité de parent, elle n'a pas lieu d'être si les enfants sont élevés avec des valeurs de respect et d'ouverture.

4. Opter pour la bonne plage

C'est tentant de commencer à enlever le maillot sur une plage déserte non naturiste, à l'abri des regards. Certes mais c'est aussi dangereux. Le naturisme se vit en société et pas uniquement pour soi. Sans compter le risque de se faire surprendre voire même de se faire verbaliser par une patrouille. Choisissez donc une plage où le nudisme est toléré ou même autorisé. Plutôt que de vous retirer dans un coin isolé, mettez-vous au milieu des autres. Il n'y a rien de tel que la foule pour devenir invisible. Venez avec un maillot et retirez-le quand vous serez prêt.

5. Connaître les règles

Toutes les plages ouvertes aux nudistes n'ont pas le même statut. Renseignez-vous, en particulier en lisant les panneaux placés à l'entrée ou sur les extrémités. Sur certaines plages, vous devez impérativement être nu, sur d'autres (la plupart) il en va de votre propre choix. Dans ce cas, les baigneurs avec maillots (les textiles) cohabitent avec ceux qui n'en ont pas. Tout se passe généralement en bonne harmonie à quelques possibles voyeurs près. Parfois, sur une plage classique, une zone précise est affectée aux naturistes. N'empiétez pas sur celle d'à côté !

6. Se limiter aux alentours

Beaucoup de plages nudistes permettent et encouragent la randonnée nue sur les sentiers des alentours. Ça ne signifie pas qu'on peut aller partout... Respectez scrupuleusement le balisage et regardez où se trouvent les limites de la station nudiste. Ce serait bête de provoquer une attaque chez ceux que vous croisez. Et sachez que nul ne vous en voudra si vous marchez avec des chaussures. Etre nu n'est pas un absolu mais un confort. Il n'y a aucune raison de s'égratigner les pieds sur des cailloux en refusant de porter des semelles.

7. Avoir du tact

Certaines règles et certains usages relèvent du bon sens mais il n'est jamais inutile de les rappeler. Ça vous ferait plaisir que les gens d'à côté vous regardent avec insistance ou vous sifflent ? Vous aimeriez qu'ils vous prennent en photo ou qu'ils se moquent de vos rondeurs ? Alors ne le faites pas !!! Nu ou habillé, notre liberté s'arrête là où commence celle des autres. La naturisme n'existe pas sans un respect constant. Tout est tellement naturel entre les habitués que les pratiques déplacées se repèrent immédiatement.

8. Se méfier du soleil

Moins vous portez de vêtements et plus vous avez de chance de revenir à la maison avec de magistraux coups de soleil. D'autant que les parties du corps qui n'ont jamais été exposées au soleil y sont plus sensibles et que les brûlures sont beaucoup plus douloureuses sur certaines parties du corps... Donc prévoyez un stock abondant de crème solaire et multipliez les applications. Prenez aussi des vêtements longs ou des couvertures pour vous couvrir au plus fort du soleil. Aller nu ne signifie pas se faire griller comme un homard.

9. Calmer son excitation

Les femmes ont un grand avantage sur les hommes : mêmes nues, leur attirance sexuelle reste cachée. Certes la nudité et la sexualité ne doivent pas être amalgamées mais les hommes ne restent pas toujours de bois. Pas d'exhibitionnisme cependant : en cas de réaction intempestive, il vaut mieux se coucher sur le ventre ou aller à l'eau. Le désir ne vient pas de la simple vue d'un corps nu mais de sa convoitise. Avec l'habitude, la plupart des hommes arrivent à se débarrasser de toute arrière-pensée et évitent tout malencontreux "garde à vous".

10. Garder ses habitudes

Certaines femmes s'embarrassent de questions intimes, du style : "faut-il se raser intégralement ou non ?". Ou encore : "puis-je me montrer avec un tampon apparent durant mes règles ?" La réponse est simple : peu importe ! Rien n'est choquant pourvu que l'on reste soi-même. Inutile de changer ses habitudes au risque de se sentir mal à l'aise si c'est pour obéir à une mode ou pour ressembler à sa voisine. Il n'y a qu'une limite, c'est l'inconvenance... Pour le reste, faites tomber le maillot sans honte et savourez pleinement vos vacances !

Suite de l'article sur pleinevie.fr

 

On a causé burkini avec le défenseur du naturisme, Jacques Frimon. Le maillot intégral, ce n’est pas vraiment son dada, mais il défend la liberté de chacun de se vêtir… ou non ! Quand on lui passe un coup de bigo pour discuter de la polémique du burkini, Jacques Frimon, « 25 ans de rando naturiste » et porte-parole de l’APNEL (l’Association pour la promotion du naturisme en liberté) nous demande de le rappeler à l’heure du déjeuner : « Je ne peux pas en ce moment. Je suis à ma pharmacie, j’ai des clients. » Il y a 10 ans, l’homme et plusieurs amis ont décidé de faire campagne pour faire accepter la pratique du naturisme. Tous les dimanches, ils se promènent dans le plus simple appareil en banlieue parisienne. Dimanche prochain, ils seront même à la fête de l’Huma pour faire « tomber leur mur de Berlin » et rappeler que l’Etat n’a pas à se soucier du « paraître » : « On est pas pour le burkini mais on est contre l’interdiction. On est pour la liberté de paraître. » Que pensez-vous de la polémique du Burkini ? C’est une polémique à la hauteur des hommes politiques d’aujourd’hui. Il y a bien mieux à faire avec le nombre d’appels à la haine qui prolifèrent. Ce n’est pas normal que l’Etat légifère sur le paraître. En tant que nudiste, je ne suis pas pour le burkini mais je suis pour la liberté de paraître. On peut ne pas être en accord avec la manière dont quelqu’un s’habille et l’accepter quand même. Il y a des plages réservées aux nudistes. Êtes-vous pour des plages réservées au burkini ? Non, je suis d’ailleurs contre les plages ou les piscines réservées aux nudistes, à ceux qui portent des burkini ou à qui que ce soit d’autre. On est pour la mixité, pour que chacun choisisse son paraître. D’ailleurs les randos naturistes que l’on organise sont ouvertes aux textiles. Nous, tout ce qu’on veut, c’est partager notre bonheur d’être nu mais on ne veut pas forcer les gens. On ne fait pas de prosélytisme. Quand on croise quelqu’un que ça dérange, et cela arrive, on se rhabille pour ne pas choquer. Même chose quand j’accueille des gens chez moi : j’ai une piscine, je demande toujours si ça dérange que je baigne nu. C’est quelque chose de fondamental dans le naturisme : le respect de l’autre. Il faut mettre du sien pour vivre de manière harmonieuse. Est-ce que vous iriez à une manif de soutien en Burkini ? Non. Mais, dans notre activité, on essaie de toucher les gens de confession musulmane ou catholique pour leur expliquer notre démarche. Au début dans les textes sacrés, la nudité n’était pas interdite. Mahomet a même dit que la nudité n’est pas indécente. Pour preuve au paradis, les hommes vivent dans le plus simple appareil, comme Adam et Eve. On va sortir un fascicule à ce sujet pour la fête de l’Humanité. Il y a 25 ans, je suis intervenu en tant qu’humanitaire en Jordanie. Et je parlais aux Jordaniens que je croisais de ma passion pour le naturisme. Certains se montraient même intéressés, surtout des hommes. Mais pour faire venir leur femme c’était plus compliqué ! Qu’est ce qu’il va se passer sur votre stand à la fête de l’huma ? C’est la première fois qu’elle accueille une assos’ de naturistes et qu’elle autorise ses membres à être nus. On a invité des peintres à venir faire du body painting. C’est un bon moyen de présenter la nudité sans choquer. On sera juste en face du stand de l’UNEF. Après on verra si on se promène nus sur le site. Cela dépend si l’ambiance s’y prête. On a prévu un plan B : une tenue d’homme sandwich avec des pancartes sur lesquels sont inscrits des slogans pour défendre notre cause : la dépénalisation du naturisme. Il arrive que des naturistes soient condamnés en vertue de l’article 222-32 du code pénal (link is external) qui traite des agressions sexuelles. Il faut préciser cet article pour qu’il n’y ait plus d’erreurs [judiciaires, ndlr]. Suite de l'article sur http://www.streetpress.com/sujet/1472824366-naturistes-contre-arretes-anti-burkini

Fin de saison 2016. Mon collecteur d’actualités naturiste ne me renvoyant plus de messages, je cesse d'alimenter la rubrique.

Rendez-vous l'année prochaine pour de nouvelles actualités estivales.

Comme l'an passé je continue toute l'année avec une actu, une rubrique.

Bien à vous

Amitiés naturistes

 

Casimir

Activités estivales... Voilà toute la différence entre la France et les pays nordiques...

La mauvaise saison est l'occasion pour nous de pratiquer le sauna.

Je crois l'être humain capable de tout, même du meilleur.

j'ai rencontré de nombreuses familles à Euronat, cela fait plaisir et cela prouve que le naturisme reste très familial.

Amicalement nu Eric